On pourrait titrer autrement: qui en veut à notre petit-déjeuner? Pas question de la jouer "théorie du complot" mais, depuis plusieurs mois, il y a comme une sorte de conjonction de phénomènes qui poussent, tous, dans le même sens: le renchérissement du prix de notre sacro-saint rendez-vous du matin! Les spécialistes de ce qu'on appelle les "soft commodities" -les matières premières tropicales- vous le confirmeront: le café, le thé, le cacao, le sucre... ils sont tous en forte hausse sur les marchés mondiaux. Et même, pour certains, à des prix record, pas vus depuis 30 ans! Je ne suis pas en train de vous dire que ça mettre le petit-déjeuner au prix du caviar, mais la tendance est bien là: en 2010, dès notre réveil, il va falloir payer un peu plus. Quelques centimes de plus. Il y a des raisons spécifiques à certains produits: pour les fèves de cacao, la situation politique de la Côte d'Ivoire explique en partie la hausse des cours. Il y a parfois des raisons "sanitaires": l'attaque de bactéries (c'est le cas pour les oranges) mais souvent (et quoi de plus normal pour une activité agricole), c'est la météo et les phénomènes climatiques qui expliquent cette tendance générale, dans laquelle s'engouffre, évidemment, certains spéculateurs. A ce jeu, El Niño évidemment se réserve la part la plus belle. Il assèche l'Asie et innonde l'Amérique latine. Résultat pour le sucre: l'Inde d'un côté, le Brésil de l'autre annoncent des récoltes en baisse, ce qui fait, mécaniquement, monter les cours. Pour un bon moment, s'agissant du sucre puisque la crise a réduit, parallèlement, les capacités d'investissements des grands sucriers. A ce tableau déjà pas très agréable pour le consommateur, s'est ajouté le froid. Le Froid, en Floride, notamment... la Floride, grande productrice d'oranges. Les vergers sont menacés avec les températures en dessous de zéro de ces derniers jours. Il faut savoir que l'orange est côtée en bourse comme n'importe quelle autre matière première: l'unité, c'est la livre de "jus d'orange concentré congelé"... puisque c'est ainsi que l'orange s'échange, sur les marchés mondiaux (l'orange) et qu'elle voyage. L'année dernière, les cours avaient déjà pris 80%. En ce début d'année -gelé-, ils ont pris quelques cents de dollars de plus. Christine Lagarde révèle les contours de sa "taxe bonus". C'est dans un entretien que la ministre accorde au Figaro, ce matin. Comme prévu, elle s'aligne sur la taxe britannique: les bonus supérieurs à 27.500 euros seront taxés à 50%. Quelque soit leur mode de distribution: en cash ou en action. Il s'agit d'une taxe "exceptionnelle", valable uniquement en 2010. Sur la foi des estimations fournies par les banques (et à condition qu'elles ne mettent pas en place des stratégies d'évitement), Bercy espère récolter 360 millions d'euros. 90 iront directement dans les caisses de l'Etat. Et 270 milions seront versés au Fonds de garantie des dépôts bancaires. Attention aux faux billets en euros! Ils sont en forte augmentation, si on en croit des données, publiées hier, par la Banque centrale européenne. Les saisies de faux billets ont progressé de 26% en 1 an. Ce sont les billets de 20 euros qui sont les plus contrefaits. Suivent les billets de 50. La BCE relativise cela dit: les "faux billets" en circulation aujourd'hui sont bien moins nombreux que du temps du franc! La baisse des effectifs dans les hôpitaux publics. 1.800 postes ont été supprimés, l'année dernière en France, selon les Echos ce matin. C'est une première depuis au moins 10 ans, écrit le journal.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.