Ca y est, le gouvernement français le reconnaît à son tour : 2009 sera, bel et bien, une année de récession en France. Hier soir, Bercy a avoué travailler désormais sur une prévision de croissance, pour les 12 prochains mois, en recul d'au moins 1%. C'est encore optimiste à ce stade, puisque le FMI, la Commission européenne, et beaucoup d'autres organismes de conjoncture anticipent quasiment le double ! C'est la publication des chiffres de l'INSEE pour le 4ème trimestre 2008 qui oblige le gouvernement à ce "devoir de vérité" sur la situation économique. En regardant dans le rétroviseur, ce qu'on voit n'est effectivement pas "joli": en octobre, novembre et décembre derniers, la France a vu son PIB reculer de 1,2%. La comparaison va marquer les esprits et dire l'ampleur de la crise que nous vivons : un tel recul trimestriel ne s'était pas constaté depuis la fin de l'année 1974 et le premier choc pétrolier ! Au dernier trimestre 2008, si la consommation des ménages s'est plutôt bien tenue, l'investissement des entreprises, en revanche, a fortement reculé. Les exportations françaises se sont effondrées, de presque 4%. Décembre a été un mois particulièrement difficile : depuis la chute de Lehman Brothers, la "crise" était sur toutes les lèvres, dans les conversations, elle n'est pas encore "palpable": en décembre, elle s'est "concrétisée", si on peut dire. Avec une vitesse inédite. 2008, on le savait, devait être une fin de cycle économique, assez classique. Elle s'est transformée en entrée brutale dans une forte récession. Alors, le plus important maintenant, c'est qu'est-ce que ce constat nous dit de l'avenir, de la situation des prochains mois ? Là, évidemment, c'est beaucoup plus compliqué. Si on poursuit la métaphore automobile, on peut dire qu'on conduit, aujourd'hui, "avec une visibilté très réduite". C'est ce que beaucoup de patrons disent en ce moment. On démarre l'année, en tout cas, non pas "à petite vitesse", mais en reculant ! Air France KLM va supprimer des d'emplois. La compagnie aérienne annonce ses résultats, ce matin, pour le dernier trimestre 2008. Ils sont "dans le rouge": une perte de presque 200 millions de pertes. Air France KLM décide, du coup, de supprimer entre 1000 et 1200 postes. Départs volontaires, mutations internes et départs anticipés à la retraite. Renault, aussi. Hier, en présentant ses résultats, le constructeur a annoncé, également, la suppression de 9000 emplois, dans le groupe, cette année. Les impôts locaux... à la hausse ! Après 2 années de modération, ils devraient augmenter de 3,6%, cette année. 43 miliards ! Le bilan des dividendes versés en 2008 : presque 43 milliards d'euros au total. Cette année, au titre des exercices 2008, les spécialites s'attendent, cela dit, à des baisses importantes : de l'ordre de 20 à 30%.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.