C'est l'autre raison de la nouvelle dégringolade de Wall Street : Henry Paulson, le secrétaire américain au Trésor (leur "ministre de l'économie" à eux, si vous préférez) a dû revoir sa copie, et modifier assez radicalement le Plan de sauvetage des banques, qui porte son nom de l'autre côté de l'Atlantique. On en aura beaucoup parlé de ce fameux "Plan Paulson", imaginé juste après l'effondrement de la banque Lehman Brothers. Il avait d'abord rassuré les marchés, puis inquiété alors que le Congrès, à Washington, rechignait à l'adopter en pleine campagne électorale. C'était un vrai feuilleton à lui tout seul, mais il a, finalement, déçu, et il est, donc, depuis hier, quasiment enterré puisque le Trésor américain a décidé d'en changer radicalement la philosophie. L'Etat américain ne va plus racheter, comme il le prévoyait, les actifs "pourris" des banques pour les soulager de ce fardeau (c'est en fait très compliqué à faire, l'efficacité de l'opération n'est plus certaine), alors il va faire comme les Européens (inspirés par le Britannique Gordon Brown). Il va entrer au capital des banques pour améliorer leur situation comptable et donc leur redonner les marges de manoeuvres nécessaires pour favoriser la distribution du crédit aux Etats-Unis, crédits aux entreprises et aux particuliers. Bref, pour relancer la machine ou tenter de le faire. Les 700 milliards du Plan restent. "Pas pour longtemps" eux non plus, affirment les spécialistes : la moitié de la somme a été, en effet, dépensée, à ce jour. Henry Paulson pourrait, donc, devoir prochainement avaler un autre chapeau et réclamer une rallonge, si bien qu'au final, de son plan, il ne restera plus que le nom ! C'est une amende "historique" que l'Europe vient d'infliger à Saint-Gobain. Quasiment 900 millions d'euros. En effet, c'est du jamais vu. La Commission européenne a sanctionné une entente sur les prix, réalisé en toute illégalité par 4 producteurs de verres plats, destiné à l'industrie automobile. Le Français Saint-Gobain écoppe de la plus lourde sanction, parce que c'est un récidiviste, déjà condamné en 84, en 88 et en 2007 ! Aux Etats-Unis hier, ce sont 3 géants de l'électronique, dont LG et Sharp, qui ont plaidé coupable pour des faits similaires. Là, c'était sur le marché des écrans à cristaux liquides. Vive la concurrence ! Le pétrole en route vers les 50 dollars le baril. Hier, le Brent, à Londres, était à son plus bas niveau depuis janvier 2007. C'est l'impact de la crise financière sur l'économie qui fait anticiper, désormais, une forte baisse de la demande mondiale de brut. La menace d'une récession sévère, c'est aussi ce qui secoue à nouveau les marchés. Les bourses asiatiques sont toutes dans le rouge, ce matin. Hier, le CAC 40 à Paris a perdu 3%. A New York, Dow Jones et Nasdaq... autour de 5% de pertes. Et la bourse de Tokyo a clôturé ce matin en baisse de 5,25 %.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.