Il paraît que c'est lui, le premier, que la presse a appelé "Super Mario". Ce surnom, depuis quelques temps, c'est à Mario Draghi, le sucesseur de Jean-Claude Trichet à la tête de la Banque Centrale Européenne qu'on l'attribuait or, c'est bien pour lui, Mario Monti, qu'il a été inventé. En février 2000, semble-t-il, par l'hebdommadaire The Economist. A l'époque, il s'agissait de louer ce Commissaire européen à la concurrence qui se montrait intransigeant, intraitable dans sa fonction. "Raide", "buté" même disaient certains. L'homme porte, d'ailleurs sur lui, cette rigueur qui fait sa réputation: de mémoire de correspondants de la presse à Bruxelles, on ne se souvient pas l'avoir entendu faire une blague en public. Ce qui est vrai, c'est qu'il n'a pas eu peur de se confronter aux plus grands groupes industriels, au nom de la "concurrence libre et non-faussée". Principe fondamental du Marché unique européen, mais dont il a une interprétation extrêmement stricte. Et qui lui a valu, d'ailleurs, d'être quelque fois retorqué par la justice européenne. Par exemple pour le dossier Schneider Electric/Legrand. Rejeté par les services de Mario Monti, la fusion est finalement validée par la Cour européenne de Justice. Malgré ces "revers", Mario Monti ne varie pas: et c'est lui, qui infligera, en 2004, une amende record à Microsoft: presque 500 millions d'euros. Hier soir, il a, donc, officiellement succédé, à Silvio Berlusconi, à la tête du gouvernement italien. Avec le soutien de la plupart des dirigeants européens, qui, pour certains, ont dû, quand même, ravaler leur rancune envers l'ancien Commissaire. Nicolas Sarkozy par exemple. En 2004, il est ministre de l'Economie et travaille à se forger une stature d'homme politique-qui-se-bat-pour-sauver-l'industrie-française-et-les-emplois, mais il va se heurter à Mario Monti, qui va imposer ses conditions au sauvetage d'Alstom.Toutes ces histoires, qui ne tournent pas toujours en sa faveur, forgent, en tout cas aujourd'hui l'image d'un homme intraitable et droit. Mario Monti s'en sert, évidemment, pour construire son profil anti-Berlusconi mais c'est, sans doute, sur son travail pour Goldman Sachs qu'il va devoir s'expliquer. Comme l'autre "Super Mario" de la BCE, Mario Monti a travaillé pour le compte de la grande banque américaine, accusée de tous les maux, y compris de participer à la crise de la zone euro. Un étrange "pas de côté" pour l'universitaire Mario Monti. Au parcours si droit.

1 jour. Le gouvernement veut instaurer un jour de carence pour les fonctionnaires en arrêt-maladie. C'est une information du quotidien La Tribune, sur son site internet. Aujourd'hui, le délai de carence, c'est-à-dire la période sans indemnisation journalière de la Sécurité sociale (en cas d'arrêt-maladie)... ce délais de carence n'existe que pour les salariés du secteur privé: il est de 3 jours. Selon la Tribune, le gouvernement envisage, donc, d'en créer un pour les fonctionnaires. Il serait limité à 1 jour.1 ou 2 jours. Grève aujourd'hui, dans les agences de Pôle Emploi, à l'appel du principal syndicat, le SNU. Contre la dégradation des conditions de travail. La grève est reconductible demain.Combien de temps? Peut-être la tendance d'aujourd'hui: les marchés asiatiques se montrent soulagés par la désignation de Mario Monti, hier soir, à la tête du gouvernement italien. Tokyo: +1% à la clôture.

L'équipe

Mots-clés :

(ré)écouter L'éco du jour Voir les autres diffusions de l'émission

La grandeur de la France

Les clichés

Les intellectuels

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.