Cette petire phrase, c'est la réponse qu'avait lâché Hervé Novelli aux journalistes (insistants) qui lui demandaient comment il allait obliger les restaurateurs à répercuter la baisse de la TVA que le gouvernement venait de leur accorder. Obliger? "Mais on n'est pas en Corée du Nord!" avait donc répondu le secrétaire d'Etat au Commerce. A ce moment (on était juste avant le 1er juillet et la mise en place de la mesure), le scepticisme dominait: on doutait de la répercussion intégrale de cette baisse sur les menus (le gouvernement ne l'a demandait même pas d'ailleurs. Il se contentait d'une baisse ciblée), on doutait des promesses d'embauches annoncées, des augmentations de salaires promises. Aucun économiste sérieux n'envisageait, non plus, un quelconque effet macro économique de la mesure tandis que la plupart des parlementaires (députés et sénateurs) s'étranglaient devant le coût budgétaire de l'opération: 3 milliards d'euros! 3 mois plus tard, sur tous ces points, les pires prédictions se vérifient. Les négociations salariales sont au point mort. Les promesses d'embauches (40 000, au total) sont constestées jusqu'à la Cour des comptes. Les investissements attendus tardent. Quant aux prix: les relevés de l'INSEE sont sans appel. Cet été, la baisse des prix au restaurant a été modeste (-1,2% en juillet, -0,2% en août). Hervé Novelli a expliqué, alors, que l'été n'était pas forcément la bonne période pour faire des rabais, mais que la baisse allait s'accélérer à la rentrée. C'est raté puisqu'hier, l'INSEE a révélé que les prix, au restaurant sont restés stables, en septembre. Pire: dans un contexte où l'inflation générale, elle, reculait légèrement! Le secrétaire d'Etat au commerce convoque, du coup ce matin, les syndicats de restaurateurs pour leur passer un savon. Mais il a raison: il n'a pas les moyens de leur imposer quoique que soit. Il vérifie une règle connue depuis la cour d'école: quelque chose, une mesure mal préparée ne donne jamais de bons résultats! La vente de cigarette sur internet va être, bientôt, légalisée. Information des "Echos", ce matin. Selon le quotidien, le gouvernement prépare, en afit, la transposition d'une directive européenne, avec cette conséquence: la fin du monople de la vente de tabac pour les 30 mille buralistes de France. Aujourd'hui, on peut acheter des cigatettes sur internet mais c'est illégal. La Loi, en préparation, va légaliser la pratique, mais devrait imposer un prix identique à ceux pratiqués dans le commerce... pour défendre les buralistes, pour des motifs de santé publique, de lutte contre la contrebande. Et pour ne pas perdre, évidemment, des rentrées fiscales! La rémunération du Livret A ne changera pas. Après la publication, hier, d'une inflation à nouveau en baisse, le taux du Livret A devrait mécaniquement baisser. Et même tomber à0%. La banque de France nous rassure: elle ne va proposer aucune modification. Sur les marchés, toujours le même scénario: le dollar poursuit sa baisse, et l'or s'envole: 1068 dollars l'once d'or.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.