Par Bruce de Galzain.

Voter contre la rémunération de Georges Plassat, le PDG de Carrefour ! C'est la recommandation du cabinet de conseil financier Proxinvest alors que se tient ce matin l'Assemblée générale des actionnaires de l'enseigne. Proxinvest n'a pas l'habitude de faire ce genre de recommandations mais son fondateur Pierre-Henri Leroy s'émeut du "mépris courtois" de Carrefour pour les petits actionnaires à qui n'a pas été communiqué le montant de la rémunération de Georges Plassat ! Drôle de faute au moment où le "Say on pay" devient le thème dominant des Assemblées générales cette année. En effet, pour la 1ère fois les actionnaires vont se prononcer sur la rémunération des dirigeants... par un vote consultatif... Mais ce "Say on pay" ne serait-il pas l'arbre qui cache la forêt ? C'est l'interprétation de Bénédicte Hautefort, spécialiste de la communication financière qui a fondé l'Hebdo des AG - le 1er numéro de la saison est sorti hier soir - et Bénédicte Hautefort y relève que cette année pas moins de 3 sociétés du CAC40 plus une autre l'an prochain ont décidé de soumettre à leurs actionnaires une modification de statut pour devenir SE Société européenne. LVMH jeudi dernier, Schneider Electric et Eurotunnel cette année puis Airbus Group l'an prochain, toutes ces grandes entreprises du CAC adoptent ce statut européen. Pourquoi ? Et bien LVMH explique que ce statut reflètera mieux la nature et la dimension européenne et internationale du groupe... une question de marketing donc d'image mais pas seulement puisque le transfert de siège social à l'intérieur de l'Union européenne est facilité par ce statut. Et certains l'ont déjà fait au Luxembourg, en Belgique et au Royaume-Uni. Pour Pierre-Henri Leroy de Proxinvest pas de doute "le statut de Société européenne facilite les exils, c'est la 1ère opération intelligente à faire si l'on veut passer à l'étranger" dit-il "c'est aussi une manière de faire chanter le gouvernement lorsqu'il est trop gourmand en impôts, trop dépensier également". Pour Bénédicte Hautefort de l'Hebdo des AG, le phénomène est inquiétant : "il s'ajoute aux transferts d'état major à l'étranger, aux transferts de résidence fiscale de certains grands patrons hors de France. Cet exil peut aussi être compris comme une perte d'attractivité de la France !"

Pas de sursis pour les 3%.

La France tient ses engagements selon Manuel Valls, le Premier ministre en visite hier à Berlin a confirmé implicitement que la France tiendrait son objectif de ramener à 3% de PIB le déficit l'an prochain. Son ministre des Finances Michel Sapin a été encore plus clair : "c'est sur ce chiffre que nous construisons toute notre stratégie budgétaire" a-t-il dit ! Le Chef de l'Etat et le Premier ministre avaient pourtant laissé entendre qu'il fallait changer de rythme. Mais selon Le Figaro cela a été très mal pris à Bruxelles. 2 conseillers de François Hollande ainsi que Michel Sapin se sont vus opposer une fin de non-recevoir en fin de semaine dernière et depuis le discours a été réorienté !

+ 7,5%. C'est le nombre de bénéficiaires supplémentaire l'an dernier de la complémentaire santé de la CMU, la couverture maladie universelle. Elle concerne aujourd'hui plus de 4 millions de personnes... des chiffres qui traduisent la montée de la pauvreté selon le Fonds CMU.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.