Nicolas Sarkozy qui aime les usines visite aujourd'hui celle de Joseph Puzo, en pleine campagne entre Reims et Paris. Non loin des Ardennes sinistrées, Joseph Puzo incarne l'industrie qui réussit. Dans les années 80 il a racheté son entreprise de câbles, puis multiplié les effectifs par 20, aujourd'hui 800 salariés en France. Au début il allait démarcher ses banquiers avec un chalumeau pour faire la démonstration de son premier brevet, un câble capable de résister au feu, du moins un certain temps. Depuis c'est lui qui câble une bonne partie de la fusée Ariane ou qui fabrique des cathéters pour les hôpitaux. Axon'cable est donc de ces PME qui font le succès de l'Allemagne: une PME qui a grandi, à la pointe de l'innovation, et qui exporte beaucoup. Aujourd'hui c'est vers elle que se tournent les entreprises spatiales chinoises. Les recettes du succès? Joseph Puzo va se faire un plaisir de les expliquer au président de la République. C'est d'abord un budget de recherche et développement qui représente 10% de son chiffre d'affaire, même et surtout pendant la crise. Nicolas Sarkozy n'arrive pas les mains vides. Comme cadeau de Noel Joseph Puzo a reçu du gouvernement une aide d'un peu plus de deux millions d'euros, l'une des fameuses aides à la réindustrialisation lancée l'été dernier. Au départ le gouvernement avait même parlé de prime à la relocalisation. De relocalisation il n'est pas question ici. Joseph Puzo développe en France ses prototypes ou ses produits de haute technologie pour lesquels il arrive à imposer ses prix, mais il a aussi ouvert des usines en Chine et en Europe de l'Est, parce que certains de ses clients, équipementiers automobile ou telecom lui demandaient de diviser ses prix par deux. Avec cette aide Axon'cable va agrandir son usine de Montmirail et recruter une cinquantaine de personnes. Des investissements qu'elle aurait fait de toutes façons mais c'est un coup d'accélérateur. Depuis juillet dernier seules 3 entreprises ont bénéficié de ces nouvelles aides, conditionnées à un certain niveau d'investissement et à la création d'au moins 25 emplois. Une dizaine d'autres sociétés sont dans les tuyaux du ministère de l'industrie, mais on peut quand même se poser la question. Même si elle ne se résume pas à ces aides, la politique industrielle du gouvernement est-elle vraiment adaptée? 1,5 % c'est le chiffre de la croissance française pour 2010. avec un rythme qui reste à 0,3% sur le quatrième trimestre. 2010 a donc bien été l'année de la reprise après la récession la plus importante de l'après-guerre, -2,5% en 2009, mais la croissance reste encore trop molle pour faire reculer nettement le chomage. La reprise pour certaines grandes entreprises françaises. Bénéfice en hausse de plus de 33% pour Danone, près de 2 milliards d'euros. Bons résultats aussi pour air liquide, bénéfice net de 1,4 milliard d'euros en hausse de près de 13%. En revanche EDF annonce ce matin un bénéfice en forte chute, à 1 milliard d'euros. La rigueur douce de barack Obama. Le président américain a présenté un plan pour ramener le déficit à 1100 milliards de dollars. 7% du PIB. Insuffisant disent les Républicains qui ont pourtant exigé de prolonger certaines réductions d'impôt.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.