"Des vice-présidents de même niveau hiérachique que lui, il y a en 12 mille chez Goldman Sachs! Ce n'était pas un haut-dirigeant, mais un simple cadre. Son avis ne réflète certainement pas la réalité, le sentiment général dans l'entreprise". C'est de cette façon,dans un "memo" envoyé aux salariés de la banque, que son patron, Lloyd Blankfein, a tenté, hier, de minimiser l'affaire. Dans ce milieu où les indices boursiers servent de "juges de Paix", on peut dire que c'est raté: le titre Goldman Sachs a perdu plus de 3%, hier, à Wall Street. Le matin, hier matin, donc, un "cadre" de la banque, installé à Londres, démissionnait avec fracas, relançant les critiques, récurrentes depuis quelques années, contre la banque. Greg Smith s'occupait des produits dérivés, chez Goldman Sachs. Hier, il a craqué. Posé sa démission. Et signé, surtout, une tribune dans le New York Times, dans laquelle il dénonce la culture "toxique" de la banque. "Toxique et destructrice". Greg Smith décrit des collègues uniquement motivés par l'argent. Non seulement, explique-t-il, ils se moquent de leurs clients, appelés en interne "muppets" (marionnettes, ou pantins), mais, pire-, ils se servent d'eux, spéculent contre eux, pour gonfler les bénéfices de la banque. "Ca me rend malade, écrit-il, de voir comment mes collègues parlent de façon ignoble d'arnaquer leurs clients". Foutaise, "nous ne pouvons pas réussir, sans la réussite de nos clients" a rétorqué un porte-parole de la banque. Mais voilà, les faits parlent d'eux-même, au delà de la tribune d'un salarié claquant la porte et qu'on peut toujours qualifité d'aigri. Goldman Sachs, récemment, a dû payer 550 millions de dollars d'amende dans l'affaire "Fabulous Fab", surnom de ce Français, salarié de la banque américaine, qui dans des mails, révélait comment son entreprise spéculait contre ses clients. Paul Volker, l'ancien président de banque centrale américaine, appelé à commenter l'affaire hier, a, a son tour enfoncé le clou. "Goldman Sachs a changé de mentalité depuis qu'elle a été introduite en bourse" a expliqué le vieux sage (il est né en 1927). "Il y a 15/20 ans, elle était respectée, mais aujourd'hui, Goldman Sachs est suspectée en permanence de conflits d'intérêts". Et c'est précisément pour mettre fin à cette situation, que la nouvelle réglementation bancaire, aux Etats-Unis qu'il a inspiré, (et qui porte son nom, Volker) interdit aux banques de spéculer pour leur propre compte. A lire Greg Smith, ce n'est pas encore gagné.

Attention au plafond. Les Socialistes se heurtent au "plafond" des impôts. Pour éviter que sa mesure "phare" (la taxation des plus riches) soit jugée inconstitutionnelle parce que "confiscatoire", l'équipe de François Hollande a dû préciser son projet, hier. En comptant les prélèvements sociaux, l'Impôt sur les revenus et sur la fortune, certains contribuables pouraient être taxés à plus de 100%! Les Socialistes vont, donc, proposer de plafonner -sans doute à 85%- le montant maximal des prélèvements en France.Attention au trou. Toujours pluss d'austérité pour la Grèce. Dans un nouveau rapport (évoqué par les Echos, ce matin), les experts européens de la Commission et de la Banque Centrale, et ceux du FMI, préconisent, à Athènes, 12 milliards d'économies supplémentaires.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.