J'emprunte ce titre à un livre à paraître, l'enquête d'un confrère journaliste sur les conditions de travail -et les suicides!- à France Telecom / Orange. Aujourd'hui, le patron de l'opérateur téléphonique est convoqué chez le ministre du Travail, Xavier Darcos. Il ne s'agit pas de le sermoner, explique-t-on au ministère... mais de travailler avec lui à la recherche de solutions pour mettre fin à la série incroyable, incompréhesible, de suicides dans l'entreprise. Un syndicaliste, hier, résumait, ainsi la situation: "France Telecom aujourd'hui, c'est une entreprise où se plante des couteaux dans le ventre, on se jette par la fenêtre et on se bourre de barbituriques!"... un résumé terrifiant des 3 derniers suicides -ou tentatives-, en moins d'une semaine! Pourquoi France Telecom est, aujourd'hui, ainsi confrontée à une telle situation? Les réponses sont multiples mais renvoient toutes, en fait, à la transformation radicale de l'entreprise... une mutation, une revolution, opérée en quelques année seulement. D'un monopole public, concentré sur un seul métier (le téléphone fixe), l'entreprise est devenue privée, dans un secteur très concurrentiel, international, avec en permanence des métiers à réinventer (mobile, internet. Audiovisuel désormais). Aucune entreprise n'a sans doute connu plus vaste bouleversement. Pouvait-il s'opérer "sans casse", sans briser des carrières et des vies? Les syndicats, aujourd'hui, distinguent 2 temps: une première période où les salariés, même ceux à statut public.. comprennaient, acceptaient les transformations en cours. Mais depuis 2-3 ans, ils considèrent que cette "mue" a changé de nature: la direction de France Telecom ne chercherait plus qu'une rentabilité de court terme. D'où ces objectifs fixés de plus en plus haut, les restructurations permanentes, les délocalisations, les mutations forcées de salariés et les incitations permanentes au départ. Mais la direction, elle, souhaite garder le cap: arrêter les restructurations c'est inenvisageable, dit-elle où alors "supprimez la concurrence et gelez les innovations technologiques! Elle souhaite, en revanche, mettre en place des mesures d'accompagnement. Commne d'autres grandes entreprises avant elle. Et rappelle, par exemple, que des cellules d'écoute existent depuis 3 ans dans l'entreprise. Face aux même drames, il y a bien, ce matin encore, 2 analyses, 2 logiques qui s'opposent. Obama tance, une nouvelle fois, Wall Street! C'était lors d'un discours, hier, à 2 pas de la Bourse, à New York. Le Président américain s'en est pris aux financiers qui, un an après la chute de Lehmen Brothers se complaisent "dans les excès incontrôlés" et refusent de tirer les leçons de cette crise. En fait, Barack Obama tente de relancer sa réforme du système financier qui s'enlise au Congrès américain. Le discours n'a pas fait trembler Wall Street, en tout cas, qui a terminé en lègère hausse. 5 milliards pour le fret. Selon le Figaro, le gouvernement s'apprête à dévoiler un immense Plan de 5 milliards d'euros en faveur du transport ferroviaire de marchandises. Il s'inscrit en droite ligne du Grenelle de l'Environnement et sera financé par le "grand emprunt" annoncé. Vers une réforme en profondeur des retraites chapeaux... Là, c'est la Tribune, qui l'affirme ce matin. En prévoyant de les taxer, autant que les salaires, et de mieux les encadrer, le gouvernement souhaiterait (selon le journal) inciter les entreprises à renoncer à ce type de rémunération des grands patrons.

liens

Orange stressée... à paraître.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.