7ème jour de grève aujourd'hui, dans le RER A. Avec toujours les mêmes prévisions de trafic: 1 RER sur 2 aux heures de pointe, aucun train le reste du temps. Le conflit dure même si -enfin!- de vraies négociations ont débuté, hier. Elles ont achoppé, cette nuit... mais le dialogue, semble-t-il, a repris entre des grévistes inflexibles... et nombreux: plus de 80% des 500 conducteurs de la ligne sont en grève et une direction qui jusqu'ici ne voulait pas négocier "en pleine grève". Position "rigide" là aussi... tenue par Pierre Mongin, le patron de la RATP, qui était (précision insidieuse, j'en conviens) le directeur de cabinet de Dominique de Villepin au moment du CPE. Ca fait 7 jours que ça dure... donc nul ne doit encore ignorer, aujourd'hui, la raison principale de cette grève: la question d'une prime mensuelle, réclamée par les syndicats. Les salaires des conducteurs sur cette ligne sont plutôt bons: entre 2 200 et 2 700 euros sur 13 mois. Mais c'est assez logique parce que ce sont les agents "en fin de carrière" qu'on choisit pour sur cette ligne. Ils bénéficient également déjà d'une prime mensuelle de 600 euros. Mais -et c'est l'argument des grévistes- depuis fin 2008, les rotations se sont intensifiées (1 RER toutes 2 minutes aux heures de pointe), soit un effort de productivité de 10%, dont les grévistes aujourd'hui réclament donc une part. Ca donne une revendication pour une prime mensuelle supplémentaire de 120 ou 150 euros (selon les syndicats). La direction en a accepté le principe, et ce bien avant le conflit. Mais elle propose une prime, de son côté, autour d'une centaine d'euros Avec (c'est vrai) une part variable, conditionnée aux résultats en matière de régularité des trains. Voilà donc une grève qui s'enlise (et laisse les usagers à quai) pour une vingtaine d'euros par agent. Au total (et dans le haut de la fourchette): 80 mille euros! Un syndicaliste compare, du coup, cette somme aux pénalités que la RATP va devoir payer en compensation des retards: entre 200 mille et 300 mille euros! Sa conclusion: à quelques mois des Régionales, cette grève à la RATP est aussi une affaire politique! La "guerre de la banane" est terminée. C'est, dit-on, le plus vieux contentieux commercial au niveau mondial. Il remonte au Traité de Rome en 1957. Et cette "guerre de la banane" s'est intensifiée en 1993, avec la mise en place par Bruxelles d'un régime douanier préférentiel pour les bananes en provenance des pays ACP, Afrique Caraïbes Pacifique, "nos" anciennes colonies. L'Union européenne a été condamnée plusieurs fois pour ça... mais voilà, donc, hier elle a signé "la paix" avec les pays producteurs d'Amérique latine: un Accord pour réduire les Droits de douane qu'ils paient -toujours!- pour pénétrer le marché européen. Les pays ACP, en compensation, recevront une aide... mais des "petits pays producteurs" de bananes, comme la Jamaïque ou le Ghana pourraient être exclus, du coup, du marché européen. Bernard Tapie renonce. Il renonce à s'attaquer et à prendre le contrôle du Club Med. Depuis juin dernier, il menaçait d'y aller, après avoir acheté 1% du capital de l'entreprise. Aujourd'hui, il affirme avoir revendu toutes ses actions... avec, au passage, 30% de plus-value! Accor coupé en 2. On en parlait, hier: le Conseil d'administration du groupe Accor a validé son projet de scission. Il va donner naissance à 2 nouvelles sociétés côtées en bourse, l'une dans l'hôtellerie, l'autre dans les services.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.