On sait que la crise financière touche les Américains beaucoup plus durement que nous et, notamment parce que de l'autre côté de l'Atlantique, la retraite des salariés se fait par capitalisation, c'est-à-dire par des placements en bourse. Résultat : les fonds de retraite américains ont perdu quelque 2 mille milliards de dollars, ces derniers mois. En France, on entend beaucoup dire que notre système par répartition nous protège de ce "mauvais coup". C'est en grande partie vrai, mais ce n'est pas totalement vrai ! Ceux qui ont contracté une assurance-vie dite "dynamique", par exemple, en font l'amère découverte en lisant leurs relevés bancaires : leur capital fait du surplace, dans le meilleur des cas. Mais, il n'y a pas que les particuliers : au sein des 2 caisses de retraites complémentaires, les fameuses -et un peu énigmatiques- Agirc et Arcco, au sein de ces 2 caisses (gérées par les partenaires sociaux, syndicats et patronat) on a aussi quelques "sueurs froides". Leur trésor de guerre - un peu moins de 20 milliards d'euros sont en partie investis en bourse : 30 à 40% officiellement. Comme tout le monde, il prend, donc, de plein fouet, le recul des bourses. Et puis enfin, il y a le Fonds de Réserve des Retraites. Là encore, tout le monde est concerné, puisque cette caisse, créée en 99, doit assurer le versement, à partir de 2020, d'une partie des pensions des retraités français. Ce Fonds -qui est largement placé en bourse, lui aussi- a perdu 14% de sa valeur depuis le début de cette année. Mais "sur 4 ans, le rendement reste positif" assurent ses dirigeants qui espèrent, maintenant, un rebond durable, en se réfugiant derrière le vieil adage des boursicoteurs : "pas vendu, pas perdu". Les places boursières replongent ! Les reculs sont importants, c'est vrai... presque 7%, hier à Paris. Autour de 8, à Wall Street, et, en ce moment, Tokyo termine sur une baisse de plus de 11%. Les craintes de récession, aux Etats-Unis et en Europe expliquent, en partie, cette "rechute" des marchés. Mais il y a aussi une part importante de "prises de bénéfice" après 2 journées (lundi et mardi) de forte hausse. Le pétrole, lui, poursuit sa baisse. Le baril est sous les 75 dollars à New York. Il est sous les 70, à Londres. Un nouveau Bretton Woods ? A Bruxelles, les 27 réclament de nouvelles règles monétaires et financières mondiales. Un "G8" élargi aux pays émergents, devrait se tenir avant la fin de cette année. Le Parlement a adopté, hier, définitivement, le Plan français de sauvetage des banques. 360 millards d'euros sur la table. Les retraités dans la rue, aujourd'hui. A Paris et en province. Les syndicats réclament une hausse "immédiate" des pensions pour faire face à la perte de leur pouvoir d'achat.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.