L'Elysée va rendre publique cette lettre ce matin. C'est la confirmation d'une information de l'hebdomadaire l'Express. Le président de la SNCF qui présente aujourd'hui ses résultats annuels reçoit une deuxième lettre de mission, après 3 ans sur un mandat de 5 ans. C'est plutot inhabituel. Cette lettre je n'ai pas pu la lire. De source SNCF il s'agirait surtout de réactualiser la lettre de mission de 2008 pour tenir compte de la crise. La première lettre Guillaume Pépy s'est targué de l'avoir écrite lui-même. Elle ne manquait pas d'ambition. Le président de la République lui demandait notamment de construire un leader du fret et de faire des transports régionaux un nouveau modèle de service public. Depuis la crise est effectivement passée par là. Elle a approfondi les pertes du fret. On verra si le Nème plan de réforme industrielle, conduit par Pierre Blayau, porte ses fruits. Le public retiendra surtout de ces 3 ans une accumulation d'incidents en tous genres, les caténaires qui lâchent, la gare Saint-Lazare fermée, la neige, les vols de câbles... Guillaume Pépy parle de crise de croissance, assure que la modernisation est en cours. Le gouvernement lui demande maintenant des résultats. Nicolas Sarkozy demandait aussi en 2008 à Guillaume Pépy de "moderniser les relations sociales". C'est toujours d'actualité. Dans le fret cette modernisation a plutot échoué... La réglementation du travail de la SNCF, qui a conduit la cour des comptes à dénoncer la sous-utilisation de certains agents, n'a pas pu être réformée. L'enjeu demain, c'est de préparer l'ouverture à la concurrence des trains régionaux, d'ici 2019 dit Bruxelles. Il faut donc déterminer ce que deviendront les conducteurs et tous les agents qui travaillent sur une ligne si elle est concédée au privé. Les cheminots seront-ils transférés au nouvel opérateur? réaffectés à l'intérieur de la SNCF? En Europe les deux modèles existent. Un sénateur a été missionné pour y réfléchir. Son rapport ne cesse d'être reporté depuis un an. Il attendra au moins encore un mois, jusqu'à ce que les élections professionnelles à la SNCF soient passées. Quant aux décisions politiques sur ce sujet ultra-sensible, elles attendront sans doute l'après-2012. La saison des résultats continue. BNP Paribas annonce 7,8 milliards d'euros de bénéfice pour 2010, en hausse de 34%. Bénéfice en baisse pour l'assureur Axa, à 2,7 milliards d'euros. Petite hausse pour le groupe PPR, Pinault-Printemps-Redoute, près d'un milliard d'euros de bénéfice. Carton rouge pour le port de Marseille. Il va être donné ce midi par la cour des comptes qui présente son rapport annuel. Elle a décidé d'épingler les institutions qui ne tiennent pas compte de ses précédentes recommandations. Les négociations sur la pénibilité et les départs anticipés des dockers et manutentionnaires se poursuivent, avec la seule CGT ultra-majoritaire, ce que FO écartée a contesté hier. Préretraite à 58 ans pour ambassadeurs sans affectation. Le Figaro s'est procuré un projet de décret pour le ministère des affaires étrangères. Le dispositif ne serait ouvert qu'à une trentaine de diplomates pour remédier aux sureffectifs.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.