Hier, il y a eu 2 conférences de presse pour présenter la réforme des retraites. La première, au grand jour, télévisée: c'était celle d'Eric Woerth, au ministère du Travail. Mais, à peine terminée, une autre a commencé, à l'autre bout de Paris. A Bercy, cette fois-ci. Au ministère des Finances. Là, pas de caméra, ni même de micros: c'était ce qu'on appelle un "briefing off"... une conférence de presse, à laquelle ne sont conviés que quelques journalistes, un peu flattés d'en être et qui s'engagent à ne pas citer, les personnes qui s'expriment. Des informations leur sont données, les journalistes peuvent en faire ce qu'ils veulent, mais il ne doivent pas révéler leur source. C'est ce qui donne dans les articles de presse, ou les dépêches d'agences, des formulations du genre "à Bercy, on pense que...", "dans l'entourage de Christine Lagarde, on estime que..". Je vais, donc, m'en tenir à cette règle: vous ne saurez pas qui étaient présents, à cette réunion (qui n'a d'ailleurs jamais existé)... à cette conférence de presse, qui avait pour but d'expliquer comment cette réforme des retraites va faire du bien à l'économie et aux finances françaises, et comment "Bercy" va pouvoir la "vendre" aux investisseurs qui financent notre dette et nos déficits, en achetant nos Bons du Trésor. En toile de fond, cette réforme sert, donc, aussi à défendre la note internationale de la France, aujourd'hui au plus haut niveau, le triple A. Alors, pas de surprise, "pour Bercy", c'est une bonne réforme. Parce qu'elle envoie aux marchés, les bons signaux. Des signaux clairs et immédiatement compréhensibles pour un investisseur étranger qui se dit, souvent, dérouté par notre système complexe. Ainsi, le relèvement de l'âge légal de 60 à 62 ans, c'est facile à vendre: la France rejoint la moyenne européenne. Encore plus clair: le relèvement de 65 à 67 ans de l'âge de la pension complète: là, la comparaison avec l'Allemagne devient aisée. Et même flatteuse, si on en croit "Bercy": la France atteindra le seuil de 67 ans, soit 10 ans, avant l'Allemagne, qui le prévoit pour 2031! Les Fonds de pensions vont adorer. D'une façon générale, c'est le rythme de la réforme qui plait à "Bercy": le relèvement des seuils d'âge, en France, va être 2 à 4 fois plus rapide qu'en Allemagne, donc, qu'au Royaume-Uni et qu'aux Etats-Unis. La montée en charge rapide de ses mesures, son horizon très court, (2018, mais avec un effet sur les finances publiques, affiché dès 2013): c'est aussi ça cette réforme des retraites. CORRECTIF: Je me suis trompé, ce matin, tôt en écrivant cette chronique, et j'ai confondu les données allemandes et britannique. Ainsi, c'est le Royaume-Uni qui vise 68 ans, en 2046. L'Allemagne, elle, prévoit 67 ans pour l'âge de la pension complète... en 2031! Merci à l'auditrice (allemande) qui m'a alerté. Je vous présente toutes les excuses.Les syndicats se mobilisent contre la réforme des retraites. Une nouvelle réunion de l'intersyndicale (sans Force ouvrière, à ce stade), est organisée, cet après-midi, au siège de la CGT, pour préparer la "risposte" face à la réforme, dévoilée hier, par Eric Woerth: "un recul social sans précédent", selon Bernard Thibault. Même si les régimes spéciaux de retraites ne seront concernés qu'à partir de 2017, à la SNCF, les 4 syndicats représentatifs lancent un appel à la grève pour jeudi prochain. Le 24 juin, prochaine journée de mobilisation nationale des syndicats. L'Espagne inquiète toujours. L'état de ses banques, d'abord. L'état de ses finances publiques ensuite, avec la rumeur, insistante d'un prochain déblocage d'une aide européenne. Un journal espagnol évoque une enveloppe allant jusqu'à 250 milliards d'euros. Information, officiellement démentie. BP à la caisse. Barack Obama obtient de BP, la mise sous séquestre de 20 milliards de dollars, pour constituer un Fonds d'indemnisation des victimes de la marée noire. Les dirigeants de la compagnie pétrolière, convoqués à la Maison Blanche hier ont, également, annoncé qu'ils cessent, pour cette année, la distribution de dividendes à leurs actionnaires.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.