"Arrêtez de parler de la crise, arrêter de nous déprimer": c'est ce que disent pas mal d'auditeurs, dans les mails reçus. Alors ce matin, une bonne nouvelle : la France est riche ! C'est la dernière étude de l'INSEE, publiée ce matin, qui le dit : en 30 ans, la valeur du patrimoine national a été multipliée par 8 ! Si quelqu'un voulait racheter la France, aujourd'hui, il devrait débourser 12 513 milliards d'euros. C'est grosso modo, 4, 5 à 6 années de PIB, la production annuelle des Français. Alors, qui possède ce patrimoine ? L'Etat, évidemment (et il ne se porte pas si mal). Les ménages, surtout ! Ils détiennent les 3 quarts du patrimoine de la France. Et là aussi, la progression est très nette. Et s'est même accélérée ces dernières années, grâce au "boom" de l'immobilier. Patrimoine net moyen des Français, en 97 : 160 000 euros. 10 ans plus tard, c'est 380 000. Dans votre salle de bain, vous pouvez maintenant vous situer par rapport à cette moyenne. 58% des Français sont propriétaires de leur logement. Ils étaient 47% en 78 : c'est donc l'investissement "dans la pierre" que les Français privilégient : ce n'est pas un scoop. Ce qui l'est plus, c'est la diversification des placements financiers. Il y a 30 ans, on choississait plutôt une épargne immédiatement disponible (comptes divers et Livret A). Aujourd'hui, l'assurance-vie s'accapare 1 tiers des sommes épargnées. Autre constat : à la fin des années 80, 1 million de Français, seulement, détenaient directement ou indirectement des actions ou des obligations. Aujourd'hui, ils sont 12 fois plus ! 12 millions. Immobilier, bourse, donc... désolé, mais c'est là que la crise nous rattrape : l'INSEE, dans cette étude, annonce, du coup, une mauvaise nouvelle. Le travail statistique n'est pas fini mais 2008, dans les conditions que l'on sait, devrait être une année de recul, la première depuis 30 ans, précisément. Le patrimoine des ménages français a probablement baissé, l'année dernière, de 3%. C'est décidément pas facile de trouver une bonne nouvelle, en ce moment... En pleine polémique, un nouveau bilan du bouclier fiscal. C'est le bilan 2008, bien qu'encore provisoire. On y découvre que le coût du bouclier fiscal a presque doublé, en 1 an, mais reste "modeste" au regard des finances publiques : 458 millions d'euros. Si le nombre de bénéficiaires reste stable (autour de 14 000), la moyenne des chèques, envoyés aux contribuables par le trésor public, est de 33 000 euros. Soit 2 fois plus qu'en 2007. Cette moyenne cache la situation des plus riches : si la tendance de 2007 se répète, 10% des bénéficiaires du bouclier fiscal devraient toucher, en moyenne, 260 000 euros ! Le scandale AIG, aux Etats-Unis. il s'agit de la distribution d'énormes "bonus" (pour 165 millions de dollars, au total) à certains salariés, alors que l'Etat a sauvé l'entreprise de la faillite, en injectant plus de 170 milliards ! Barack Obama, hier, a annoncé qu'il allait tout faire pour éviter ce versement. La justice demande, à AIG, de fournir les contrats de travail des salariés concernés, pour vérifier si ces bonus sont justifiés. Les places boursières veulent croire au rebond. A Paris, hier, 5ème séance de hausse, pour le CAC 40. Tokyo, ce matin : +3,18%.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.