Une chronique de Régis Lachaud. ___ En Septembre dernier, Bouygues Télécom avait porté plainte contre l'accord d'exclusivité signé entre son concurrent, Orange, et Apple. Eh bien, le conseil de la concurrence lui a donné raison hier en décidant de suspendre ce contrat d'exclusivité. Principaux arguments avancés : - Ce monopole de diffusion de l'iPhone pour Orange, depuis plus d'un an, introduit un facteur supplémentaire de rigidité dans un marché "qui souffre déjà d'un déficit de concurrence". - Le communiqué du conseil souligne également que ce type de contrats augmente, pour le consommateur de téléphonie mobile, les coûts de changements d'opérateurs. - Et il dénonce surtout la durée de cinq ans prévue dans le contrat signé entre Orange et Apple. D'éventuelles clauses d'exclusivité seront désormais limitées à trois mois. Le coup est rude pour Orange qui parle de décision "grave" et va faire appel, à quelques jours de Noël, qui représente une période de ventes importantes, environ un tiers du chiffre d'affaires annuel. Il n'empêche, les abonnés de SFR et de Bouygues Télécom peuvent dès aujourd'hui acheter un iphone sans passer par la case "désimlockage" entre guillemets. Au moins théoriquement. Jusqu'à hier, il leur fallait acheter à Orange le téléphone d'Apple pour 509 euros sans abonnement, puis payer cent euros supplémentaires pour le débloquer et le faire fonctionner sur un autre réseau. Autre solution : faire venir l'appareil de l'étranger, quitte à perdre certaines de ses fonctionnalités. SFR recense ainsi 45 000 utilisateurs de l'iPhone sur son réseau. Mais tout ça, c'est la préhistoire. SFR et Bouygues Télécom espèrent commercialiser le téléphone d'Apple le plus vite possible, de même que les distributeurs indépendants des trois principaux opérateurs. Enfin, la décision du conseil de la concurrence aura aussi des conséquences pour les autres fabricants de téléphone mobile à écran tactile. Le travail le dimanche n'a pas souri aux députés hier soir. Le débat a même tourné court, un peu avant minuit. Le président du groupe UMP, Jean-François Coppé, a dénoncé "les menaces et injures" de l'opposition avant de demander une interruption des discussions. Le Parti communiste dénonce "une attaque frontale contre le droit du travail tandis que le parti socialiste a déposé pas moins de 4000 amendements. » Le ministre du budget Eric Woerth l'a confirmé hier, à l'Assemblée Nationale,le déficit budgétaire de la France sera tout proche des 4% du PIB. 79 milliards d'euros selon la dernière prévision officielle inscrite dans le projet de loi de finances, au lieu des 57,6 milliards d'euros inscrits jusqu'à présent dans ce texte. Deux millions deux cent mille barils par jour en moins. L'OPEP a décidé de réduire sa production de pétrole brut pour tenter de pousser les tarifs à la hausse, mais ça ne suffira sans doute pas. A peine la nouvelle annoncée hier soir, le cours du baril de brut est même retombé sous les 40 dollars à New York, contre près de 150 l'été dernier, rappelons le. Valéo va supprimer 5000 emplois pour "faire face à la forte chute de la production automobile". Dans un communiqué publié hier, l'équipementier précise que les réductions d'effectifs concerneront la France pour 1600 postes et les autres pays européens pour 1800 emplois.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.