Ramon Fernandez
Ramon Fernandez © Maxppp
Ramon Fernandez, il y a 2 jours, sortant d'un ascenseur de Bercy, a dit "à bientôt" en quittant des journalistes, entassés dans la cabine. Les journalistes sont ainsi fait, on s'est immédiatement amusés à tenter de traduire ce "à bientôt". Est-ce un tout bête "à bientôt", ou est-ce un "à bientôt" plein de sous-entendus, lancé par un homme dont on sait que les jours sont comptés à la tête de la direction du Trésor. Il y a un mois -souvenez-vous-, le Monde titrait "Matignon reprend en main le ministère des finances", et le départ de Ramon Fernandez était annoncé, sa succession promise à un dirigeant de BNP Paribas, proche de la Gauche, François Villeroy de Galhau. Un mois plus tard, ce scénario donné comme certain, n'a toujours pas été joué. A la BNP, Villeroy de Galhau jure qu'il n'a pas, ou n'a plus, l'intention de partir. Un banquier de la place de Paris confirme. A l'Assemblée, un député socialiste, très impliqué dans les dossiers économiques et financiers, donne une nouvelle version de toute l'histoire: "je n'ai jamais entendu le Président de la République ou le Premier ministre dire du bien de Villeroy de Galhau". Ce qui veut dire, si je traduis: ils en disent du mal. Cet élu PS poursuit: "en fait, seul Pierre Moscovici le soutenait, son nom a, donc, été lâché pour plomber sa candidature". Et c'est visiblement réussi. Ramon Fernandez est, donc, toujours en place. Et très présent. C'est lui, en tant que Directeur du Trésor qui mène depuis plusieurs jours, le round final des négociations sur l'Union bancaire, en Europe. Paris espère un Accord, à Bruxelles, ce soir, ou demain, au petit matin, et c'est bien Ramon Fernandez qui est à la manoeuvre, qui négocie les détails techniques et juridiques, de jour comme de nuit. C'est lui, encore, qui brieffe les journalistes en montrant, avec un certain plaisir, à quel point il maîtrise sur le bout des doigts ce dossier d'une complexité extrême. A l'arrivée de la gauche au pouvoir, ce sont les Allemands qui avaient demandé qu'il reste leur interlocuteur, au moins pendant un an. François Hollande et de Jean-Marc Ayrault, eux, n'auraient jamais appécié ce maintien en fonction d'un "adversaire politique" (Ramon Fernandez a été nommé par Nicolas Sarkozy), explique notre député PS, qui pense exactement la même chose. Allant même jusqu'à douter de sa totale loyauté dans certaines réunions internationales. "Trouver un successeur à Ramon Fernandez à la tête du Trésor reste, donc, une priorité de... salubrité politique", conclut-il. **► ► ► LIRE |** [Bercy : rumeurs de remaniement à la tête de deux directions](http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0203138134736-changement-a-la-tete-de-deux-directions-de-bercy-630985.php) **Un chef.** Microsoft a bien du mal à trouver un nouveau patron. C'est fin août que Steve Ballmer, l'actuel Directeur général de Microsoft, a annoncé son intention de quitter son poste. Dès cette date, une procédure de succession a été enclenchée... mais elle n'a toujours pas aboutie: l'entreprise n'aura pas de nouveau patron désigné avant la fin de cette année. 100 candidats potentiels ont été recensés, des discussions ont été menées avec plusieurs dizaines d'entre eux, une "short list" d'une vingtaine de noms été dressée, mais ça ne vient pas. Même si celui d'Alan Mulally, actuellement à la tête de Ford, revient, malgré tout, avec insistance. **► ► ► LIRE |** [Steve Ballmer, un obsédé du marketing qui a perdu la main](http://www.lefigaro.fr/societes/2013/08/23/20005-20130823ARTFIG00386-steve-ballmer-un-obsede-du-marketing-qui-a-perdu-la-main.php) **LEP.** Plus de 3 millions de ménages français supplémentaires vont pouvoir avoir accès au Livret d'Epargne Populaire. Décision, cette nuit, des députés, à l'Assemblée. C'est intéressant pour les ménages les plus modestes: le LEP est rémunéré un demi% de plus que le Livret A. C'est-à-dire 1,75%, actuellement. **► ► ► LIRE |** [PEA, assurance-vie, LEP: dernières rectifications concernant l'épargne](http://www.bfmtv.com/economie/pea-assurance-vie-lep-dernieres-rectifications-concernant-lepargne-669704.html)
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.