La "charette"... l'énorme "charette"... c'est celle que vient d'annoncer Citigroup. La banque américaine (ancienne n°1 mondiale) a décidé, hier, de supprimer plus de 50 mille emplois à travers le monde pour faire face à la crise. Sur l'échelle ouverte des plans sociaux, l'annonce de Citigroup arrive à la deuxième place. La première revenant à IBM : en 93, le géant informatique avait supprimé 60 mille postes d'un seul coup. Pour Citigroup, cette "saignée" équivaut à 15% de ses effectifs, qui s'ajoute à une première vague de plus de 20 mille suppressions d'emplois, fin 2007. La banque paie, comme beaucoup d'autres, ses investissements hasardeux sur le marché des produits financiers dérivés liés aux subprimes. La banque a déjà perdu plus de 20 milliards de dollars dans cette affaire. Son cours de bourse a reculé, lui, de 70%, cette année. Goldman Sachs et UBS sont 2 autres grandes banques, très secouées par cette crise. Elles viennent d'annoncer que leurs dirigeants renonçaient, cette année, à leur bonus. Pour le patron de Goldman Sachs, ce n'est pas rien : l'année dernière, Lloyd Blankfein avait touché une prime de plus de 68 millions de dollars. Inutile de dire que l'homme ne renonce pas forcément de bon coeur à ce bonus : c'est l'Etat américain qui lui impose ce régime sec. C'est la condition de l'octroi de son aide. Pour la banque suisse UBS, les autorités helvétiques ont même imposé un nouveau système de rémunération : elle reposera désormais sur le long terme et la création de valeur pour l'entreprise. Une petite révolution ! L'âge du commandant. Les sénateurs ont adopté, cette nuit, le rélèvement de l'âge de départ à la retraite des pilotes de lignes. Malgré la grève de 4 jours à Air France contre cette disposition. Elle ouvre la possibilité aux pilotes de travailler jusqu'à 65 ans. Le gouvernement répète que tout se fera sur la base du volontariat. Mais l'opposition l'accuse de préparer, en fait, un "allongement généralisé" de l'âge légal de départ en retraite. Pas encore de grève à la SNCF. Elle devait débuter, ce soir à 20h, mais n'aura finalement pas lieu. La direction a modifié son projet de réforme des horaires de travail, dans sa branche fret. La FGAAC (syndicat autonome des conducteurs) et la CFDT suspendent, du coup, leur préavis. En revanche, les autres organisations syndicales de la SNCF maintiennent le leur à compter de dimanche soir. Les niches fiscales plafonnées. Adoption, cette nuit, à l'Assemblée, du dispositif visant à empêcher que les ménages français les plus riches échappent à l'impôt. Les Français toujours mécontents de la politique économique. C'est le résultat de notre baromètre mensuel BVA-France Inter-Les Echos. 58% des personnes interrogées la juge mauvaise. Contre 36% qui pensent l'inverse.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.