Pierre-Emmanuel Grange a 35 ans, et son rêve, dans la vie, c'est de devenir... Bernardette Chirac! C'est au Mexique que l'idée lui ai venu, il y a quelques années. Et c'est aujourd'hui qu'elle va prendre forme, dans un supermarché parisien. Son idée, c'est une sorte "d'opération pièces jaunes", mais version moderne, version numérique. "Bernadette Chirac 2.0" comme il dit. C'est une idée toute simple: une nouvelle manière de faire un don pour une grande cause, pour une organisation caritative ou pour une association de quartier. Les pros parlent de "générosité embarquée". Ou comment créer une opportunité de don, dans un geste du quotidien. Dans ce cas précis, ça s'appelle "l'arrondi", et vous allez comprendre très vite: l'opération consiste, à demander, lors de votre passage en caisse, dans un supermarché, d'arrondir votre facture à l'euro supérieur. Vous devez 36 euros 53, la caissière arrondi, à votre demande, à 37 euros. Les 47 centimes de rab' -c'est garanti- vont directement à l'organisation que l'enseigne a choisi d'aider. La preuve de don est sur votre facture. Ce sont quelques centimes (on pourra aussi donner plus si on le souhaite, évidemment) mais quelques centimes multipliés par autant de passage en caisse: le potentiel est gigantesque. D'autant que c'est comme ça, on aime les sommes rondes. Y'a qu'a regarder notre attitude à la pompe à essence: on cherche toujours à tomber pile, sur un chiffre rond. Quand on payait en liquide, ou par chèque, ça pouvait se comprendre, mais aujourd'hui avec la carte bancaire, ça n'a plus beaucoup d'intérêt, mais les pompistes sont formels: la plupart de leurs clients continuent à viser juste. C'est sur constat que l'arrondi veut se développer. Aujourd'hui, une enseigne se lance: c'est Franprix, à Paris (objectif: proposer l'arrondi dans 500 magasins, d'ici 1 an) mais Pierre-Emmanuel Grange, à la tête d'une entreprise agréée "solidaire", c'est-à-dire qu'il redistribue ses bénéfices, applique une échelle de salaire de 1 à 5, soumet au vote le choix de ses dirigeants, et qui se paie non pas sur le dons, mais sur l'expertise qu'il apporte, veut proposer son système à toutes les grandes enseignes de la distribution. Il veut aussi étendre ce principe aux paiements sur internet. Et développer, encore, cette autre forme d'arrondi: sur salaire. Chaque mois, votre employeur arrondi votre paie à l'euro inférieur. Abonde avec une somme équivalente et verse le tout à une association. Les salariés d'Accenture, de la Française des Jeux, d'Eutelsat s'y sont mis. En Grande-Bretagne, où le système existe depuis 30 ans, 800 mille salariés donnent, ainsi, chaque mois, des pièces jaunes vituelles.

PSA. L'alliance de Peugeot Citroën avec un groupe chinois se précise. C'est le quotidien Les Echos qui apporte, ce matin, de nouvelles informations sur ce rapprochement possible, évoqué depuis plusieurs mois. Selon le journal, 2 banques internationales ont été mandatées pour étudier les modalités d'un partenariat renforcé entre PSA et le chinois Dongfeng. Le groupe français, en difficulté financière, en a grand besoin. 2 scénarios, en fait, seraient à l'étude. Le premier prévoit l'entrée du Chinois directement dans le capital de PSA. Le second envisage la création d'une co-entreprise, limitée aux pays émergents.Emplois. Les emplois d'avenir: plus de 500 sont signés chaque jour, affirme un rapport parlementaire, publié aujourd'hui, qui conclut qu'à ce rythme, l'objectif du gouvernement (100 mille conclus à la fin de l'année) peut être atteint. Trop peu de contrats (à peine11%) sont des CDI, regrette le rapport.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.