Une chronique de Bruce de Galzain Le conflit qui dure depuis maintenant 13 jours est avant tout une histoire de concurrence. La SNCF a perdu son monopole en France et doit s'ouvrir à la concurrence étrangère. Elle s'y prépare depuis un moment et tente de rallier les syndicats à sa cause car les réformes sont légions, elle a besoin de syndicats compréhensifs ! Et c'est là où le bât blesse : il y a d'un côté les réformistes CFDT et Unsa sur lesquelles la direction compte et de l'autre la CGT et Sud-Rail concurrents dans la radicalité. La mission du président de la SNCF Guillaume Pépy est donc de renforcer le pôle réformateur au détriment du pôle plus radical. Et ce conflit en est le parfait exemple : Guillaume Pépy a en face de lui Didier Le Reste le leader de la CGT-Cheminot majoritaire à la SNCF ; tous deux campaient sur leur position, pas de négociation sans reprise du trafic pour le premier, pas de reprise du trafic sans négociation pour le second. Mais ces positions ont évolué depuis quelques jours déjà. La direction a autorisé quelques discussions en région ; la CGT a accepté ces discussions-négociations. On joue sur les mots en fait pour que ni la direction, ni la CGT ne perde la face ! A la SNCF, on ose même dire en coulisse vouloir permettre à la CGT de ne pas sortir la tête trop basse de la grève. La direction a surtout besoin du syndicat majoritaire qui pourrait encore jouer la surenchère avec les plus radicaux de Sud-Rail ; la direction veut absolument l'éviter ! Mais dans ces histoires de concurrence, c'est une concurrence déloyale - venue du ciel - qui pourrait aussi annoncer la fin du conflit. Les renforts de trains pour palier le manque d’avions et les appels à la solidarité n'ont pas manqué ce week-end. Jean-Louis Borloo a demandé que la grève s'arrête, comme une contribution des cheminots encore grévistes à l'effort de tous ; Jack Lang a souhaité un geste qui pourrait même contribuer à grandir l'image du syndicalisme ; Didier Le Reste affirme lui : « nous sommes tous des citoyens avant d'être cheminots... » Enigmatique le leader de la CGT ! Le seigneur de Wall Street dans la tourmente ! Goldman Sachs est accusée de toute part : l'UE, l'Allemagne, la Grande-Bretagne demandent des comptes après la plainte pour fraude du gendarme américain de la bourse vendredi dernier. La première banque d'affaire au monde aurait trompé ses clients en 2007 et ainsi participé au déclenchement de la crise des subprimes avec l'aide d'un jeune trader français ! Ce nouvel éclairage sur les dégâts des subprimes pourrait relancer le combat des partisans d'une vraie régulation du secteur bancaire. Le plan d'aide à la Grèce devrait prendre du retard. Nuage de cendres oblige, la délégation UE-FMI et BCE qui devait se rendre aujourd'hui à Athènes ne décollera pas. Eric Woerth sera lui aussi cloué au sol, le ministre du Travail devait assister au premier G20 Travail à Washington. Après la suppression de la taxe carbone est-ce la fin de la taxe poids-lourds ? Elle aurait rapporté plus d'un milliard d'euros mais ne verra pas le jour avant fin 2012. Non, la taxe n'est pas abandonnée affirme le gouvernement, elle est repoussée pour des raisons techniques !

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.