C’est la question de la semaine, à l’Assemblée nationale. Une question à plusieurs centaines de millions d’euros… peut-être même un milliard. C’est ce que pourrait rapporter la « surtaxe » sur les banques que propose d’instaurer le président de la Commission des Finances, le Socialiste Didier Migaud. Mercredi soir de la semaine dernière, il a réussi à faire adopter un amendement au projet de Budget 2010 (discuté à partir de demain dans l’hémicycle), amendement qui propose une surtaxe donc, de 10% sur les bénéfices des établissements bancaires. Principal argument avancé: avec la crise, on a vu que l’Etat sert (qu'il le veuille, ou pas) "d’assureur en dernier ressort" pour les banques (les contribuables n'ont pas d'autre choix que de sauver le système quand il va mal), il est donc normal qu’en retour (et alors qu’elles se sont refaite une santé à la vitesse de l’éclair), l’Etat réclame une contrepartie. Ces 10% d’impôts supplémentaires sont, du coup, présentés comme une sorte de "prime d’assurance". Mercredi soir dernier, il s’est trouvé plusieurs députés de la majorité (des élus Nouveau Centre, mais aussi plusieurs UMP) pour trouver l’idée intéressante et voter en sa faveur! Résultat: l’amendement socialiste a été adopté, ce qui lui vaudra d’être discuté, cette semaine en séance plénière. Les banques, par l’intermédiaire de leur Fédération, ont immédiatement fait savoir leur réticence. On va être "pénalisées" disent-elles, et ça aura pour conséquence de limiter nos moyens pour financer l’économie et pour embaucher. A l’Elysée, au gouvernement, chez les dirigeants de la majorité, on est sur la même ligne: Jean-François Copé dénonce une initiative "démagogique". Christine Lagarde, ce matin, dans les colonnes des Echos, parle d’une mesure qui va "plomber" le système bancaire français. La ministre de l’Economie propose l'instauration d'une taxe, dela dit mais dédiée au seul financement du système de régulation (autrement dit, bien moins coûteuse pour les banques). On peut y voir une tentative de diversion évidemment mais c'est aussi le signe que le gouvernement prend au sérieux le risque de voir l'amendement Migaud adopté, avec des voix UMP. La Belgique vient de créer un telle taxe. L'Allemagne en discute. Et en Grande-Bretagne, le gouvernement s'apprêterait à un "raid fiscal" sur ses banques. Les arguments commencent à manquer, du coup, aux anti-taxe. La "crise du lait": nouvelle réunion des ministres européens, aujourd'hui. Conseil "agri-pêche" à Luxembourg. La Commission devrait annoncer, à cette occasion, le déblocage d'une aide exceptionnelle aux producteurs de lait... autour de 300 millions d'euros. C'est l'une des revendications des 21 pays emmenés par la France et l'Allemagne. 21 pays, favorables également à une nouvelle régulation du prix du lait, alors que le système des quotas est promis à la disparition. Grève à la SNCF à partir de ce soir, 20h. Circuleront 2 TGV sur 3, et 1 TER ou train Corail sur 2. La réforme du fret (et la disparition possible de 6 à 8 000 postes) est au coeur des revendications.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.