Par régis Lachaud.

Les dents creuses de la capitale, ce sont les petits immeubles, deux ou trois étages, souvent coincés entre deux bâtiments plus hauts, six étages ou plus... Grâce à la loi Sarkozy, me confiait vendredi un dirigeant du secteur immobilier, "bon nombre de ces dents creuses vont pouvoir être rehaussées d'un ou deux niveaux". Le projet de loi sera examiné à partir de demain par les députés à l'Assemblée Nationale. Rappelons-le, il permettra pendant trois ans de construire 30% de mètres carrés supplémentaires sur la même surface de terrain. S'il est adopté, la hauteur d'un immeuble de 15 mètres pourra donc passer à 19 mètres 50.

Tout le problème, poursuivait mon interlocuteur au téléphone, c'est que cette mesure correspond simplement aux besoins de Paris et de sa proche banlieue... Ce qu'on appelle la petite couronne... Mais, là, de nombreux élus locaux se sont déjà prononcés contre cette mesure, craignant notamment des hausse des prix pour les terrains encore disponibles.

Evidemment, cette loi crée du clivage, entre droite et gauche... Le PS évoque un texte hâtif, "gadget qui méconnait la complexité des stratégies d'urbanisation". Tandis que pour l'UMP, le secrétaire d'Etat au logement Benoist Apparu souligne les conséquences en matière de créations d'emplois dans le secteur du bâtiment. En plus, la loi prévoit qu'un conseil municipal pourra voter contre l'application de ces 30% supplémentaires sur son territoire. Je vous laisse imaginer les débats dans certaines communes...

Au-delà de Paris et des grandes villes où des dispositifs existent déjà pour permettre le rehaussement d'immeubles, notamment dans le cadre du Grenelle 2... Cette nouvelle loi voulue par le Président-candidat pourrait en effet augmenter le coût du foncier pour les constructeurs. Les promoteurs indiquent déjà avoir ralenti leurs achats de terrains depuis quelques mois, face aux incertitudes. La disparition prochaine du dispositif Scellier, l'avenir du prêt à taux zéro ou encore l'augmentation des taxes sur les plus values immobilières. Les dents creuses ont sans doute encore un avenir.

Second plan d’aide. Les ministres des finances des Etats membres de la zone euro étudieront les conditions d'un feu vert au second plan d'aide, 130 milliards d'euros versés d'ici 2014 pour aider la Grèce à éviter la faillite et rembourser sa dette publique...

Borloo de retour. L'ancien ministre de l'Ecologie Jean Louis Borloo pourrait prendre la place d'Antoine Frérot à la tête du groupe privé Véolia Environnement, numéro un des services aux collectivités locales. Information donnée ce matin par les Echos et Libération... Politiquement sensible, la succession devrait être examinée le 29 Février, lors du prochain conseil d'administration du groupe....

Stop aux stock-options. Et puis, l'Oréal pourrait stopper le versement de stock-options à ses dirigeants... C'est le PDG du groupe Jean Paul Agon qui l'a annoncé hier, dans une interview au Journal du Dimanche. "Les stock-options polluent le débat!" estime le patron le mieux payé de France en 2010.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.