C'est David Cameron qui va pouvoir aujourd'hui encore, faire le malin et ironiser sur la situation française. Son fameux "tapis rouge" qu'il entend dérouler aux entreprises françaises qui s'apprêtent à fuir, selon lui, la France en raison des projets fiscaux du gouvernement. Sa déclaration, hier au G20 de Los Cabos, avait tout de la provocation (François Hollande a esquivé en guise de réponse: "ce n'est pas le moment d'ébrécher la cohesion des Européens" a dit le Président français) mais, ce matin, une étude vient, en quelques sorte, départager les 2 hommes. C'est le classement -le 11ème du genre- de l'attractivité économique des pays européens. Qui, en Europe, attire le plus d'investisseurs? Une question qui tombe à pic. 1er, et c'est une constante depuis de nombreuses années: le Royaume-Uni. Certes, le nombre de d'implantations, recensées par le cabinet Ernst & Young, est en baisse mais le Royaume-Uni reste la destination européenne préférée des investisseurs: 679 projets recensés, pour un total de 30 mille emplois créés. David Cameron peut pérorer d'autant que, dans ce classement, la France perd la 2ème place au profit... de l'Allemagne. La compétitivité allemande plait. Son positionnement "haut de gamme", son tissu de PME performantes. On connaît la musique.: Tout ça convainc les investisseurs internationaux qui ne boudent pas, la France, pour autant. Elle arrive en 3ème position: ce n'est pas si mal. Elle enregistre un tassement de ses implantations internationales mais léger: 540 nouveaux projets en 2011. Contre 562 en 2010. Un quasi "sur place" mais ce qui est plus inquiètant, c'est le nombre d'emplois générés par ces investissements étrangers en France: 13 mille, grosso modo. En baisse de 12%. Pour Ernst & Young, la France a un gros soucis: elle n'attire pas les investisseurs des pays émergents. Brésiliens, Russes, Indiens, Chinois préfèrent aller voir ailleurs: et c'est dommage parce que la dynamique est, évidemment, de leur côté. Tout n'est pas si noir, cela dit. D'abord, les investisseurs apprécient la résistance de la France face à la crise (on peut y voir un sorte d'hommage à notre modèle social). Et puis, dans le détail de ce classement, la France reste en tête pour les investissements productifs. Le secteur des logiciels, de l'équipement industriel de l'agroalimentaire attirent toujours. Preuve, peut-être, que la bataille du "redressement productif" n'est pas perdue d'avance.

Gros gadin. Le titre Danone a chuté de 6%, hier à la bourse. C'est la plus forte baisse du CAC 40. Danone n'avait pas vécu une telle séance depuis 3 ans. L'explication : le groupe, hier matin, a lancé une "alerte" sur ses résultats. Danone est rattrapé par la crise en Espagne, qui plombe ses ventes de yaourts, de l'autre côté des Pyrénées.Gros crachin. Cette crise de la zone euro était au centre des discussions au G20 de Los Cabos, au Mexique. Les dirigeants européens ont promis à leurs partenaires de prendre rapidemment des mesures pour redresser la situation. Prochaine étape: le Sommet des 27, à Bruxelles, la semaine prochaine.Gros bouzin . TF1 en difficulté, suite. La chaîne dément préparer un plan social, mais, selon les Echos ce matin, la chaîne a bien lancé un nouveau plan d'économies. D'au moins 50 millions d'euros.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.