"Bravo pour sa place de n°1, en terme d'audience radio. Sachez que nous sommes ravis de nous rapprocher d'elle, un peu plus chaque trimestre". Je ne suis pas devenu dingue, j'applique, à nous même, ce que Nissan vient de faire à Peugeot. Normalement, elle n'a pas dû vous échapper : hier, dans toute la presse quotidienne, une publicité barrait la dernière page des journaux. On y découvrait un faire-part de naissance (tout ce qu'il y a de plus classique), avec ce texte "Nissan, précurseur du crossover en France, est heureux d'apprendre que la famille s'aggrandit et souhaite la bienvenue au 3008 de Peugeot". Renseignements pris, les journalistes, spécialistes de l'automobile, ont eux carrément reçu, par la poste, le faire-part en vrai. C'est très rare, peut-être même inédit, ce genre de publicité en France. Ce n'est d'ailleurs pas une "campagne": cette pub ne sera pas re-publiée. Chez Nissan France hier, on surjouait : "non, non... aucune perfidie dans cette publicité. il s'agit d'un simple clin d'oeil amical adressé à concurrent qui arrive bien après nous (c'est là qu'on insiste) sur ce créneau des crossover." Alors, c'est vrai, cette pub ne dénigre pas l'adversaire (elle joue sur le registre de l'ironie, on l'a compris). Et ce n'est pas, non plus, une publicité comparative. C'est ce qui fait douter quelques spécialistes de la publicité. Certains notent qu'aux Etats-Unis, Coca et Pepsi sont passés maîtres dans l'art (comme ça) de dire du mal, plus ou moins subtilement, de l'autre. Mais - c'est un point essentiel - ça concerne un produit connu de tous. Dans le cas de Nissan, franchement, un "crossover", peu savent spontanément ce que c'est (c'est une voiture à la fois 4X4 et berline). Donc, ceux qui savent, n'auront rien appris. Ceux qui ne savaient pas, apprennent eux, dans le même temps, que ce genre de voitures existent et que Nissan et Peugeot en fabriquent. Peugeot a bien compris, d'ailleurs, cet effet "boomerang". Il a fallu attendre toute la journée hier pour avoir sa réaction... "spontanée" selon le service de presse. Le constructeur français, évidemment, remercie son concurrent. Apprécie son humour, et signale que ses ventes démarrent très bien (merci). La morale, c'est que citer un concurrent, dans une pub, c'est toujours dangereux. Donc, la radio que je citais au début de cette histoire... oubliez-là ! Le Japon, l'un des "grands malades" de cette crise. Le PIB a reculé de 4%, au premier trimestre. Et si on extrapole sur 1 an, ça donne une chute de plus de 15% ! Du jamais vu depuis la seconde guerre mondiale. Les ménages japonais réduisent leur consommation. Et surtout, le Japon subit un effondrement vertigineux de ses exportations, en raison de la récession mondiale. Air France KLM touché. C'est ce même contexte déprimé qui fait basculer "dans le rouge" Air France-KLM. C'est la première fois depuis la fusion des 2 compagnies, en 2003. Le groupe aérien affiche des pertes. Plus de 800 millions d'euros. Air France-KLM va continuer, du coup, à réduire ses effectifs. 3000 postes vont être supprimés mais sans licenciements secs. HP aussi. Hewlett-Packard continue, lui aussi, à dégraisser. Le n°1 mondial des ordinateurs ajoute plus de 6 000 destructions d'emplois, au 25 000 déjà annoncées, en septembre dernier.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.