Dans le Financial Times, un court article -page 14- relaie la nouvelle, ce matin: "le Qatar augmente sa participation dans Lagardère" titre le quotidien des affaires, qui (c'est drôle) présente, plutôt succintement l'activité du groupe français. On lit simplement: c'est l'éditeur de "Paris Match" et de "Elle" et le propriétaire d'Hachette, qui publie la saga "Twilight" de Stephenie Meyer. Le FT ne dit rien de sa participation dans EADS, la maison-mère d'Airbus. Rien, encore, de sa filiale "sport", pourtant si critiquée. Pas un mot sur Europe 1, Canal+ ou Gulli (ce qui est déjà moins surprenant). La nouvelle est là, en tout cas: le Qatar vient de faire, à nouveau parler de lui hier. Il a révélé détenir, désormais, presque 13% du capital de Lagardère, renforçant sa position d'actionnaire n°1 du groupe. Devant l'héritier Arnaud Lagardère, à 9%. Après Total, Vinci, Véolia, LVMH, le PSG, les Droits télé du foot, le Royal Monceau et le Majestic de Cannes, le Qatar poursuit, donc, sa percée en France. L'émirat est riche, grâce à son gaz naturel. La bourse était au plus bas, ces derniers mois: les opportunités étaient, donc, nombreuses, et le Qatar, avec les milliards de son fonds souverain ne s'est pas gêné pour acheter tout ce qui semblait prometteur: en France, mais pas seulement. Ceux qui ont analysé, en détail, ses achats estiment que le Qatar agit plutôt en investisseur "bon père de famille": à la recherche de revenus réguliers et de long terme. C'est ce qui motiverait, aussi, cette montée en puissance dans le capital de Lagardère. Le groupe traverse une mauvaise passe, son cours de bourse est déprimé: c'est donc une bonne affaire si on croit, évidemment, en l'avenir de l'entreprise. L'arrivée du Qatar n'est, donc, pas forcément une mauvaise nouvelle pour Arnaud Lagardère, qui aurait d'ailleurs, dit-on, sollicité cette arrivée, sa famille entretenant des liens anciens avec la famille Al-Thani, qui gère le Fonds souverain qatari. Mais, attention quand même. Même si le statut de l'entreprise -la société en commandite par actions- assure à Arnaud Lagardère de garder le pouvoir, le Qatar ne semble pas vouloir s'arrêter là. Déjà, il demande une place au Conseil de Surveillance du groupe. Un décompte (à confirmer) estime aussi qu'il détiendrait beaucoup plus que 13% du capital, peut-être le double! Le Qatar enfin.. qu'on soupçonne, dans cette opération, de ne viser qu'une seule chose : la participation stratégique de Lagardère dans EADS et Airbus.

Croquer. Apple a décidé, hier, de distribuer 45 milliards de dollars à ses actionnaires. C'est une "première" depuis 1995, et la fin d'un principe, d'un "dogme" même imposé par Steve Jobs, le fondateur de l'entreprise: Apple a annoncé, hier, qu'elle va, dès cette année, distribuer des dividendes à ses actionnaires. Elle va aussi racheter, 10 milliards de dollars de ses propres actions. Manière de soutenir son cours de bourse, pourtant déjà très haut. Cette décision d'Apple était attendue depuis plusieurs mois, alors que la firme accumule les bénéfices, et que sa trésorerie atteignait, avant cette décision, quasiment 100 milliards de dollars.Pomper. Les carburants toujours plus chers. Le litre de sans plomb 95 dépasse 1,64 euro en moyenne. Le gazole, à son tour, inscrit un record historique: plus d'1,45 euro, le litre.Critiquer. Les accusations de Georges Papandréou. Dans un entretien aux Echos, ce matin, l'ancien Premier ministre grec affirme que ce sont les décisions d'Angela Merkel et Nicolas Sarkozy qui ont précipité son pays dans la crise. En octobre 2010, à Deauville, les 2 dirigeants avaient affirmé que c'était aux banques de payer en cas de faillite d'un Etat de la zone euro. "C'est cette décision qui a semé la panique" dit aujourd'hui, Georges Papandréou.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.