Médiamétrie a publié, hier, une étude très intéressante sur l'évolution des dépenses des Français (vous et moi) our tout ce qui est médias et multimédias. Une chose vous saute, toutde suite, aux yeux: l'économie va mal ("c'est la crise": on vous le dit tous les jours), mais les Français dépensent toujours plus pour leur téléphone, pour Internet, pour la télé. C'est un budget en hausse, globalement de plus de 4% (quand la croissance français recule de plus de 2!). Nous avons dépensé en moyenne, au cours des 12 derniers, 2 324 euros. C'est le téléphone qui arrive en tête, qui s'octroie 1 tiers de ce budget, avec 800 euros. Les dépenses en audiovisuel suivent plus de 600 euros en comptant la redevance: l'achat d'écrans plats, d'équipements pour la TNT progressent vite mais moins que le budget "internet": +22% (la crise? connaît pas!) En fait, tout le monde considèrent, quelque soit son âge, qu'être connecté, c'est vital aujourd'hui donc on paie son abonnement ADSL, et on s'équipe. Ces derniers mois, les ventes de mini-PC, les netbooks spécialement conçus pour l'accès internet, ont explosé. Les ventes de consoles de jeux progressent également. Comme les sorties "cinéma": 47 euros dépensés par an et par Français. Un "poste" de ce budget média et multimédia souffre: c'est la musique. Un recul de 24%, c'est l'exception. Je crois que chacun se retrouvera un peu, dans ces chiffres. En tout cas, dans les tendances qu'ils révèlent ou confirment. Le paradoxe, lui, entre le contexte de crise et ces achats numériques qui s'envolent, c'est évidemment la mondialisation qui l'explique. La Chine, les pays émergents, nous fabriquent tout ça pour pas cher mais il y a sérieux revers à cette médaille. C'est à l'autre bout de la chaîne, des matières premières qui s'envolent, et qui provoquent et vont provoquer la hausse de dépenses quotidiennes; chauffage, déplacements, nourriture. L'économiste Daniel Cohen résume ainsi notre situation: on appuie en même temps sur le frein et l'accélarateur. Ne cherchez pas: c'est aussi ce qui explique les secousses que nous subissont! Les producteurs de lait annoncent une "journée blanche". Ils promettent l'épandage "massif" de centaine de milliers de litres de lait. La "grève du lait" -l'appel à l'arrêt des livraisons aux industriels- a commencé, il y a tout juste, une semaine. Les nouvelles propositions de la Commission européenne, hier, n'ont fait qu'attiser la colère des grévistes parce que Bruxelles refuse toujours de revenir sur la fin programmée des quotas. Dans quelques minutes, commence au Ministère de l'Agriculture une réunion d'urgence entre le ministre et les représentants de la filière. Un nom surgit dans le feuilleton de la succession de Pierre Gadonneix, à la tête d'EDF. Celui d'Anne-Marie Idrac, l'actuelle secrétaire d'Etat au Commerce extérieur. C'est la Tribune qui affirme, ce matin, que son arrivée à la tête de l'électricien est désormais une hypothèse étudiée, à l'Elysée. En tout cas, le Conseil d'administration, prévue la semaine prochaine pour trancher cette question, a été, hier, reporté à une date ultérieure. La préparation du G20. L'Europe affiche son unité, à une semaine du Sommet de Pittsburg, sur la question des bonus accordés aux traders. Les 27, hier soir, se sont entendus pour réclamer leur "limitation". Mais pas leur "plafonnement", formule refusée par les Britanniques.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.