La musique se télécharge, la scène, elle, ne peut pas être piratée. On raconte que c'est pour l'avoir compris, avant les autres que Marc Ladreit de Lacharrière est devenu, en quelques années, l'un des investisseurs incontournables de la musique en France. On le sait peu, mais le propriétaire de Fitch... oui, Fitch l'une des 3 grandes agences de notation du monde (celles qu'on accuse d'avoir accentué la crise financière)... est aussi le propriétaire de salles de spectacle en France: il est au capital de la société Vega, dans celui, également, du Groupe Lucien Barrière. Il a aussi des parts dans dans 2 sociétés, 2 "producteurs de scènes" comme m'a dit de dire Didier Varrod: "Auguri", le tourneur d'Alexis HK, Dominique A, Katerine, Julien Doré, Vanessa Paradis et de beaucoup d'autres. Marc Ladreit de Lacharrière a investit, également, dans la société qui produit les spectacles de Johnny Halliday. Il y a 2 ans, c'est lui qui a convaincu Gilbert Coullier, pas forcément tenté par l'aventure, de prendre en charge le chanteur sur lequel plus personne ne misait. "Pari réussi", a-t-il dû se dire le week-end dernier, après les 2 concerts de Johnny, à Bercy. Pour ses 70 ans. Marc Ladreit de Lacharrière a expliqué, à l'époque que c'est par "patriotisme" qu'il a agit ainsi, le tourneur historique de Johnny, Jean-Claude Camus, étant en passe d'être racheté par la Warner. Mais, comme pour tout le reste (pour la partie "financière" de son activité, pour sa partie "immobilière"), c'est parce qu'il a senti, surtout, que ce serait une bonne affaire. Comme il a senti, il y a quelques années, que le marché de musique allait vivre une révolution, le "disque" n'étant plus la source de recette principale. D'où ses investissements "à 360°", comme on dit dans le milieu de la musique: la production, les artistes, d'un côté. Les salles, de l'autre. A l'ENA, Marc Ladreit de Lacharrière, déjà, avait réussi un joli coup, racontent ses biographies. Porté par l'époque des yéyés, il avait créé le journal pour midinette, "Mademoiselle", qui deviendra "Mademoiselle Age tendre", pendant féminin de "Salut les copains". Un succès. "Il sait faire de l'argent comme personne" dit l'un de ses (vrais) amis. Et aujourd'hui, il continue, dans un magnifique grand écart, la finance et la musique.

Chute. Tokyo, ce matin, était encore en forte baisse. Comme l'ensemble des places asiatiques. C'est toujours les annonces, mercredi soir, de la Reserve Federale américaine qui secouent la "planète finance": les banques, les investisseurs, ont compris que la FED pourrait commencer à réduire, dès septembre, son soutien massif à l'économie. 85 milliards de dollars injectés, chaque mois. Dit autrement: les drogués s'inquiètent de la "désintox" à venir.

Back home? Le retour, en France, des fraudeurs du fisc. Ils seraient "plusieurs milliers", selon les avocats fiscalistes de la place de Paris, à vouloir régulariser leur situation, les nouvelles règles en matière de lutte contre l'évasion fiscale leur faisant craindre d'être démasqués. Hier, le gouvernement a précisé ses conditions: ils devront payer les impôts dus et les intérêts de retards. Les pénalités et les amendes, en revanche, seront modulées et réduites en fonction des situations, mais selon un barême précis, rendu public

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.