Bruce de Galzain.

Eh bien pour tout le monde... si l'on en croit le dernier rapport CyclOpe, la bible de tous les marchés de matières premières, financières aussi. C'est son auteur l'économiste et historien Philippe Chalmin qui l'a présenté hier lors d'un colloque avec une dizaine d'invités qui ont écrit le rapport. Le glas sonne donc partout, c'est la fin de l'euphorie : avec le contre-choc pétrolier, les guerres en Ukraine, en Syrie, contre le terrorisme, les dizaines de milliers de naufragés de la Méditerranée ; le glas sonne aussi pour les pays émergents les BRIC : 2 d'entre eux sont en récession Russie, Brésil et la Chine ralentit, l'Inde va la dépasser. Le glas sonne encore pour le climat : dans les années 90 les pays avancées et la Russie émettaient les 2 tiers des gaz à effet de serres, aujourd'hui la machine est inversée la Chine et les émergents sont les plus gros pollueurs ! Le glas de nos espérances d'une mondialisation heureuse se met également à sonner : Erik Orsenna l'économiste écrivain malgré son optimisme estime que l'état de la planète n'a pas tendance à s'améliorer. Il en veut d'ailleurs aux Etats qui ne tiennent plus les manettes et qui pour compenser multiplient les règlements comme des parents qui haussent le ton sur leurs enfants ! Sauf qu'il y a un hyperactif pour qui le glas ne sonne pas : le marché boursier qui vole de record en record. Le responsable : l'hyper liquidité ! Et on la doit aux banques centrales qui inondent les marchés, la BCE, la Fed, la Banque d'Angleterre, d'Inde, de Chine, du Japon. Elles sont exposées à hauteur de 14 trillions (cela fait 14 milliards de milliards !) lorsque les Etats sont endettés à hauteur de 55 trillions (ce n'est même pas 4 fois plus !). Ce sont donc bien les banques centrales qui sont aux manettes, s'occupent de tout selon Alessandro Giraudo, le chef économiste du groupe financier Tradition Viel. Et il s'inquiète des taux négatifs, du jamais vu dans l'histoire... Pourtant un jour il faudra bien arrêter d'injecter ce viagra financier dans l'économie dit-il. Les banques centrales injectent des liquidités dans des labyrinthes mais ont oublié le fil d’Ariane pour en sortir, elles souhaiteraient le faire mais ne savent pas comment estime Alessandro Giraudo. Le glas là aussi sonnera !

L'Etat lance le "Tripadvisor" des banques . C'est ce qu'annoncera ce matin Michel Sapin, il veut que les Français puissent comparer les tarifs des services bancaires (commissions d'intervention, frais de tenue de compte etc...). Le ministre des Finances souhaite également qu'il n'y ait plus d'obstacle au paiement par carte bancaire nous dit aussi Le Parisien ce matin. Finis les montants minimum 15 euros par exemple au restaurant ou à la boulangerie, les banques devront supprimer la partie fixe des frais réglée par les commerçants sinon le gouvernement menace d'en passer par la loi !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.