Le démenti semble sincère: "je découvre cette rumeur. C'est la énième me concernant. Elle n'a pas plus de crédibilité que les précédentes". C'est ce qu'a déclaré, hier, François Villeroy de Galhau, ancien Directeur de cabinet de Dominique Strauss-Khan, aujourd'hui Directeur général délégué de BNP Paribas et donné, hier à la Une du Monde (et dans le Canard enchaîné) comme le futur directeur du Trésor, à Bercy. Il prendrait la place de Ramon Fernandez, nommé par Nicolas Sarkozy. Dans le même mouvement, le Directeur du Budget, lui aussi serait remplacé, selon nos confrères, par un proche du pouvoir actuel, Denis Morin. Le Monde explique que c'est le Premier ministre, lui-même, qui a obtenu ces changements à la tête des 2 administrations les plus puissantes du ministère des Finances. On pourrait ajouter, faute d'avoir obtenu un changement de ministres et la nomination d'un "vrai patron" à Bercy, comme on lui prête l'intention depuis plusieurs mois.

Ces "têtes qui tombent" feraient partie, en tout cas, du plan de reconquête de Jean-Marc Ayrault: d'abord, l'annonce, à la surprise générale, d'une grande réforme fiscale. Et dans le même mouvement, la reprise en main du ministère de l'Economie. A Bercy, on est convaincu que la fuite, sur ces nominations a bel et bien été ochestrée par Matignon "pour aider un Premier ministre, en mal d'autorité". Pierre Moscovici se tait, mais on le devine agacé par la manoeuvre... lui, ministe de l'Economie qui n'a été informé qu'une fois la décision prise, qu'une "remise à plat" fiscale était lancée. Mais à Bercy, on ironise également sur cette volonté, en changeant les têtes, de désigner des bouc-émissaires, un peu faciles à qui faire payer les couacs, de ces dernières semaines, sur le budget. Le député PS, Thierry Mandon, cela dit, approuve: "les ratés sur l'EBE, la fiscalité de l'épargne, les frais de scolarité ont été autant de signes, juge-t-il, que l'administration n'a pas fait son travail auprès des ministres, les a mal informé. "C'est dès notre arrivée qu'on aurait dû changer les patrons des grandes administrations", ajoute Thierry Mandon. Qui dit également: "Ramon Fernandez, au Trésor est très compétent. A été loyal... mais comment quelqu'un nommé par Nicolas Sarkozy peut-il, aujourd'hui, mener la grande fiscale que l'on souhaite? A Bercy, en tout cas, on semble estimer que Villeroy de Galhau ne serait pas l'homme idéal pour le faire. Et de reprendre -c'est assez rare- un argument lancé par le Front de Gauche: "un banquier, venant de la BNP, pour diriger le Trésor, quel drôle de choix. Pouquoi ne pas nomner un ancien de Total à la transition écologique. Ou Jacques Servier à la Santé!".

Santé! La santé... victime de l'austérité. C'est l'OCDE qui le dit. Dans un rapport, elle s'inquiète du recul des politiques de santé, dans les pays touchés par la crise, et la rigueur. Dans 1 tiers des pays de l'organisation, les dépenses de santé, aujourd'hui, sont plus faibles qu'avant la crise. Recul de 11% en Grèce, plus de 6% en Irlande. L'OCDE juge "alarmante" la disparition d'un certain nombre de politiques de prévention.Leclerc. Le gouvernement français assigne les magasins Leclerc en justice. Bercy dénonce certaines "clauses abusives" qu'impose le distributeur dans les contrats qu'il passe avec ses petits fournisseurs.Suppressions. EADS s'apprête à supprimer, en Europe, 8 mille postes, dans sa filiale "défense et espace". Information de la presse allemande, hier. EADS doit dévoiler un plan de restructuration, début décembre.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.