Par Bruce de Galzain.

"Je ne dirais pas comme Sarkozy que les paradis fiscaux c'est fini mais l'avancée de ce week-end est absolument décisive", hier soir au téléphone Pierre Moscovici - qui était toujours aux Etats-Unis - n'en a pas fait des tonnes mais il estime que la démarche engagée désormais au niveau mondial est irrésistible ! Le ministre de l'Economie a passé trois jours à Washington et participé au G20 Finances qui a pris une décision pour le coup, qualifiée de spectaculaire, impressionnante même par Daniel Lebègue, le président de l'ONG Transparency International France. Cette décision : faire de l'échange automatique d'information le standard, la nouvelle règle mondiale. Même la Suisse qui était invité au G20 n'a pas bloqué le communiqué, remarquait Pierre Moscovici ! Désormais la voie est ouverte pour que les banques informent automatiquement le fisc lorsqu'un particulier ou une entreprise étrangère ouvriront un compte ! Depuis le G20 de Londres en 2009, seule l'intention était mentionnée dans les communiqués, ce week-end, les mots ont du sens. Maintenant c'est à l'OCDE de fabriquer ce nouveau standard puis ce sera aux banques d'intégrer ce logiciel et de partager l'information. C'est bel et bien la volonté politique qui a amené à prendre cette décision et c'est peut-être la 1ère décision d'envergure du G20. Il y a d'abord eu la volonté politique des Etats-Unis qui signe des accords bilatéraux pour que soient automatiquement déclarés les comptes des américains à l'étranger (même la Suisse a été obligée de signer) ; la volonté politique de la France aussi, de presque toute l'Union européenne mais le plus impressionnant selon Daniel Lebègue, c'est le changement de posture de David Cameron, le Premier ministre britannique qui préside le G8 cette année. Il affiche comme priorité la lutte contre la fraude fiscale mais aussi l'optimisation fiscale qu'il connaît bien. "Son discours est beaucoup plus virulent que toutes les ONG de la terre" estime Daniel Lebègue ! Alors derrière cette volonté politique, il y a la morale selon Pierre Moscovici, il y a également un thème très porteur pour l'opinion. Mais concrètement il y a aussi de l'argent ; pour la France, le chiffre le plus réaliste selon Daniel Lebègue - qui a dirigé le Trésor dans les années 80 - est un manque à gagner de 30 milliards d'euros par an. Si l'on arrive dés la première année à récupérer 10% de cette somme ce serait déjà pas mal dit-il... Trois milliards donc, c'est à peu près le chiffre espéré par le ministre de l'Economie pour le budget 2014 !

Une nouvelle pierre dans le jardin de l'austérité. L’aile gauche du PS présente aujourd'hui un plan anti-austérité, un plan de "relance écologique et sociale" à 43 milliards. Elle réclame un emprunt national et veut s'affranchir des 3% de déficit. Ce week-end Louis Gallois a lui aussi réclamé un nouveau calendrier de retour à l'équilibre, il estime que l'Europe est en train de prendre conscience que l'addition des politiques d'austérité conduit dans le mur !

Réforme ferroviaire. La réforme ferroviaire se dessine aujourd'hui, deux rapports seront remis à Jean-Marc Ayrault. Ils préconisent de rapprocher la SNCF et RFF pour notamment faire des économies.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.