Jean Sarkozy annonçant qu’il renonce à briguer la présidence de l’EPAD, dans le Journal de 20h de France 2… cette séquence a été vue (ou revue) près de 40 000 fois, déjà, depuis hier soir sur dailymotion, le site français de partage de vidéos sur internet… mais ce n’est pas de ça dont je veux vous parler, ce matin! «Sarkozy et dailymotion», c’est également une autre information datée d'hier… bel et bien économique, celle-là: l’entrée du Fonds Stratégique d’Investissement dans le capital de l’entreprise qui se veut la rivale française de YouTube. Le FSI, c’est Nicolas Sarkozy qui l’a créé, il y a moins d’un an, en pleine tempête financière, avec l’idée d’en faire un instrument de défense des entreprises françaises. La comparaison était audacieuse, mais à l’époque il parlait d’un « Fonds souverain à la française ». Aujourd’hui, le FSI explique qu’il a vocation à aider les projets « porteurs de comptétitivité pour le pays ». Depuis sa mise en place, il a aidé directement 14 entreprises. La dernière en date: Dailymotion, donc. Le Fonds Stratégique d’Investissement va y injecter 7 millions et demi d’euros. Sur internet, dès hier, on se demandait si le poste d’administrateur que le FSI va obtenir pourrait lui permettre un jour de « censurer » certaines vidéos qui seraient jugées indésirables… c’est évidemment une blague. En revanche, cet investissement relance le questionnement sur la stratégie d’investissement du Fonds: jusqu'ici il n'aidait que des entreprises industrielles, le voilà sur internet! Qu’est-ce qui guide ses choix? Pourquoi aide-t-il telle entreprise et pas telle autre ? Le Fonds (abondé avec de l’argent public) pose-t-il certaines conditons? Arrive-t-il à s’extraire des pressions politiques ? On se souvient que son premier investissement avait été pour Valéo en pleine affaire sur le parachute doré du patron. Puis il y a eu la polémique sur Heuliez : Ségolène Royal a accusé le FSI de lui refuser son aide. Il y a aussi Nexans (le fabricant de câbles) qui a touché 58 millions du FSI… mais qui supprime près de 400Z’emplois en France. Hier, des sénateurs de tous bords sont montés au créneau pour demander une remise à plat de la stratégie du Fonds public. La sénatrice centriste Nathalie Goulet résume la situation: s'il n'impose pas le maintien de l'emploi et une meilleure gouvernance dans les entreprises qu'il aide. S'il reste sur une logique plus spéculative qu’industrielle, le FSI voulu par Nicolas Sarkozy va rester un Fonds d’investissements «comme un autre». Bien éloigné de son objectif initial. Le gouvernement et les entreprises font plier les députés. On parle, là, de la Taxe professionnelle. Depuis quelques jours, les députés de la majorité et le gouvernement s'opposaient sur un amendement réduisant de 1 milliard d'euros le gain attendu de la suppression de cette taxe. Premières concernées: les PME. Finalement hier, l'amendement a été retiré, à la satisfaction du patronat. La Gauche estime que le gouvernement s'est "couché devant le diktat du Médef". A l'amende. Selon les Echos ce matin, SFR et Orange risquent entre 600 et 700 millions d'euros d'amende chacun, pour ne pas respecter leurs obligations en matière de couverture de la population, par leur réseau de téléphonie mobile 3G. C'est l'Arcep... l'Autorité de régulation des communications... qui s'apprête à mettre en demeure les 2 opérateurs.

liens

Le site d'Eco 89

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.