Par Marion L'Hour.

Ça, ça n'arrive pas souvent. Le gouvernement aurait sous-estimé la croissance à venir pour l'an prochain. En effet, il bâtit son budget sur une prévision : 0,9% de hausse du produit intérieur brut. Or on serait plutôt à 1,3% si on en croit l'OFCE. L'organisme de recherche en économie, plutôt classé à gauche, publie ce matin ses perspectives 2013/2014.

Nous avons récupéré quelques chiffres, en avant-première. Et c'est assez instructif. Le ministère de l'économie serait donc ...trop pessimiste... sur la croissance. Il y aurait, selon l'OFCE, un petit rebond des investissements l'an prochain. Les entreprises ont différé, pendant deux ans... Là, elles se retrouvent presque obligées de refaire leur équipement, analyse Eric Heyer, directeur adjoint du département analyse et prévisions.

Bon, on aurait tendance à dire, bonne nouvelle pour le gouvernement.

Sauf que selon l'OFCE, il se montre beaucoup trop optimiste, sur un autre aspect. Celui de l'emploi. Le retournement de la courbe du chômage, promis par François Hollande, ne sera pas une tendance, il ne sera que provisoire...s'il arrive. Quelques mois, à la fin de cette année. Et Eric Heyer s'explique : les créations d'emploi sont insuffisantes pour compenser les destructions, et les arrivées sur le marché du travail. En cause : les sureffectifs des entreprises.

D'après le chercheur, elles auraient différé des suppressions d'emploi, liées à la crise. 250 0000 salariés seraient aujourd'hui "en trop" si on peut dire... Alors la croissance annoncée, crée beaucoup moins d'emploi que prévu. Les contrats aidés ne suffisent pas à y remédier.

Ça ne séduit pas toujours, résume Eric Heyer. Le ministre du travail l'a d'ailleurs reconnu hier, concernant les contrats de génération.

Conclusion de l'OFCE : pour stimuler la croissance, il faut relancer la consommation.

Et ce n'est pas vraiment la politique du gouvernement. Lui allège de 9 milliards les prélèvements sur les entreprises. Pour baisser leurs impôts, il touche au pouvoir d'achat des ménages. Alors que l'enquête de l'OFCE le montre : la majorité des sociétés estime qu'elles produisent assez, mais que c'est la demande qui manque.

Faux, répond un patron à la CGPME. Pour lui, il faut au contraire soutenir encore l'investissement. C'est lui, l'espoir de croissance et d'emploi. Au gouvernement de trancher donc. Pour l'instant le ministère du travail, sollicité, n'a pas souhaité commenter.

35 000. C’est le nombre de contribuables qui ont quitté la France en 2011. Des chiffres publiés par Les Echos , Dominique Seux en parlait tout à l'heure dans son édito éco. Ces chiffres révèlent une forte augmentation de ces départs vers l'étranger, souvent les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne. + 14 000 exilés entre 2010 et 2011. Attention ce chiffre ne prend pas en compte les retours de certains contribuables.

Attention particulière. "Le climat social se dégrade et nécessite une attention particulière". Un message adressé par les préfets au Président de la République. Il s'agit d'une note confidentielle de synthèse publiée par le journal L'Opinion . Morceaux choisis : la contestation s'organise autour de collectifs, dont certains revendiquent la légitimité d'opérations violentes.

Goodyear. Le ministre du redressement productif envisage de se rendre chez Goodyear. A Amiens, selon une source proche du dossier. Objectif : convaincre les salariés d'accepter la reprise partielle du site par l'américain Titan. 333 emplois seraient sauvés sur 1200.

Ce déplacement dépend beaucoup de l'issue du rendez vous ce matin, entre Arnaud Montebourg et la CGT de l'usine.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.