1%. 1 petit pourcent, c'est le score de Nicolas Sarkozy chez les sympathisants de la CGT. François Hollande lui, obtient 44%! C'est ce qui ressort d'un sondage signé Harris Interactive pour le journal Liaisons sociales, à l'occasion du premier tour de la Présidentielle. Presque 3 mille personnes ont été interrogées, par internet. Au final, le constat ne surprend personne: les électeurs qui se disent proches d'une organisation syndicale, quelle qu'elle soit, votent bien plus à gauche que l'ensemble de la population. Voilà qui explique, sans forcer, le face-à-face annoncé du 1er mai prochain. Toutes étiquettes syndicales confondues, cette fois-ci, c'est-à-dire pas seulement les sympathisants CGT, les résultats diffèrent nettement de l'ensemble du corps électoral: François Hollande obtient 43% des suffrages. Arrive 2ème, Jean-Luc Mélenchon (19%). Nicolas Sarkozy est 3ème (avec 14%). Marine Le Pen suit avec 12% des suffrages de ceux qui se disent proches d'un syndicat. La Présidentielle de 2007 avait été marquée par un certain recentrage du vote syndical: le score de Nicolas Sarkozy était mois décalé par rapport au résultat global. Ce recentrage a disparu, cette année. On revient à un ancrage à gauche, beaucoup plus traditionnel. Un expert du monde syndical avance 2 raisons à cela. D'abord, la réforme des retraites de 2010, qui a laissé des traces et une volonté de vengeance dans les rangs syndicaux. Ensuite, les attaques du candidat Sarkozy contre les corps intermédiaires. Quand on regarde dans le détail, les sympathisants de la CFDT élisent François Hollande, dès le premier tour, avec 53% des suffrages. C'est plus marqué encore à la FSU (syndicat, très fort dans l'Education nationale): le candidat socialiste obtient 61%, et Jean-Luc Mélenchon 31. Le leader du Front de Gauche qui n'arrive que 2ème, chez ceux qui se disent proches de la CGT (derrière François Hollande) alors qu'il n'a pas manqué de soutiens au sein de l'organisation de Bernard Thibault. Dans le paysage syndical, 2 organisations se distinguent, en tout cas, en plaçant Nicolas Sarkozy en tête: la CFTC -le syndicat chrétien- 42% pour le président sortant, et la CFE-CGE -les cadres-: 53%. Là, aussi, "rien de surprenant" selon notre expert, qui note que le vote FN reste stable: 12% à la CFDT, 16 à l'UNSA. 9% à la CGT pour Marine Le Pen. Mais jusqu'à 25% à Force ouvrière.

En hausse. Le Livret A se porte toujours aussi bien. Les Français continuent à déposer leur épargne sur leur Livret A: la collecte nette du mois dernier (c'est à dire "les dépôts moins les retraits") a atteint 1 milliard 200 millions d'euros, en mars. Elle est en baisse, cela dit. Peut-être parce que le taux de rémunération du Livret A n'a pas été augmenté: il reste fixé à 2,25%.En baisse. Le prix des carburants en baisse. Légère. Pour la première fois depuis le mois de janvier, ils sont tous concernés par ce repli: gazole et super sans plomb, 95 et 98.En forte baisse. La tension sur les marchés, hier. Les places boursières européennes ont, toutes, fortement reculé. C'est, du coup, la ruée vers les obligations allemandes: leur taux d'intérêt à 10 ans est tombé à 1,63%. Leur plus bas niveau depuis la création de l'euro. Le taux français, lui, est un peu au dessus de 3%: ce qui reste plutôt modéré.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.