Par Bruce de Galzain.

C'est demain que le record absolu du nombre de chômeurs devrait être battu et c'est hier que le Crest, le Centre de recherche en économie et statistique a publié une étude sur l'impact de la générosité de l'assurance chômage sur la durée du chômage et sur la qualité de l'emploi retrouvé. Le chercheur Thomas Le Barbanchon a comparé deux filières de chômeurs en fonction de leur durée d'indemnisation. Et lorsqu'elle passe de 7 à 15 mois, la durée du chômage augmente de 2 mois et demi. Le chômeur a 28% de chance en moins de retrouver un travail. En fait plus on est indemnisé longtemps, plus on retrouve un emploi tard. Mais ce qui a surpris ce chercheur c'est qu'il n'a pas trouvé d'effet positif sur la qualité et le salaire du travail retrouvé ! Il pensait qu'un chômeur pouvait refuser certaines offres pour en obtenir une meilleure. Eh bien en fait, non. On ne retrouve pas de meilleur salaire. Finalement les compétences se dévaluent assez vite dit-il ! Cette étude n'étonne absolument pas le médiateur de Pôle Emploi, Jean-Louis Walter qui a été secrétaire général de la CFE-CGC et administrateur de l'Unedic, l'un des négociateurs de la convention chômage. Car pour lui, pas de doute, la durée et surtout la dégressivité de l'indemnisation a un véritable effet sur le retour à l'emploi : "Je fais partie de ceux qui trouvent que c'était une connerie", dit-il, "de supprimer l'allocation dégressive unique en 2000". Ce syndicaliste au franc-parler qui peu gêner dit-il estime que "notre système a plutôt tendance à installer les gens dans le chômage, certains se disent je vais quand même en profiter un peu... ceux qui ont le plus de chance de retrouver un emploi" dit Jean-Louis Walter mais il affirme aussi que "sur les plus éloignés de l'emploi l'effet dégressif de l'indemnisation ne joue pas". Jean-Louis Walter ne cesse de le dire aux syndicats qui vont renégocier une nouvelle convention chômage avant la fin de l'année mais il se voit répondre qu'il n'est plus négociateur mais médiateur. L'exécutif lui ne semble pas favorable à une baisse de la durée d'indemnisation. En revanche sur la dégressivité, eh bien, le plafond de l'indemnisation plus de 6000 euros un record en Europe pourrait être révisé !

L'adoption définitive de la loi sur l'emploi repoussée de près d'un mois. Elle devait être adoptée dès demain, elle ne le sera que le 14 mai prochain, après la manifestation du Front de gauche le 5 mai. La fronde des Sénateurs a une nouvelle fois payé, ils avaient peu apprécié le vote bloqué utilisé par le gouvernement le week-end dernier et l'ont fait savoir. Mais sur le fond la loi ne devrait pas changer.

De moins en moins de CDI. Un recul de 6% au 1er trimestre par rapport au trimestre précédent. Les prévisions de recrutement des cadres sont orientés à la baisse elles aussi, une baisse de 4 points sur un an.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.