Vous connaissez, sans doute, cette bande-dessinée pour les enfants: c'est un jeu, en fait. On doit chercher, dans un grand dessin, le personnage -Charlie-, caché dans la foule. Ca prend plus ou moins de temps, mais on finit, toujours, par le trouver. Eh bien, depuis novembre dernier, depuis qu'il a retrouvé son portefeuille de ministre du Travail, c'est un peu à ça qu'on joue, avec Xavier Bertrand, chaque fin de mois. Quand sont rendus publics les chiffres du chômage. Pour Xavier Bertrand, ce sera sa 5ème vague, ce soir, à 18 heures. La première fois, c'était quelques jours après son retour au gouvernement. C'était une bonne nouvelle (une baisse de 0,8%). Xavier Bertrand vante, alors, la "plus forte baisse depuis 2008", mais se contente d'un simple communiqué: il vient tout juste d'arriver, difficile d'en faire trop. Le mois suivant d'ailleurs, il ne fera rien. Il faut dire que les chiffres tombent, le 24 décembre, à 18 heures. A l'heure où, on ouvre les huîtres. Et il faut dire aussi que les chiffres sont mauvais: la hausse de novembre efface totalement l'embellie d'octobre. Dans son communiqué, le ministre élargit, du coup, son analyse et parle "d'une stabilisation sur les 6 derniers mois". Fin janvier... rebelote: le ministre va une nouvelle se faire discret. Il prend la parole en public, cette fois-ci... oui, c'est vrai... mais la veille de la publication des chiffres officiels. A l'occasion des voeux à la presse... il dit "nous savons forcément que 2010 n'a pas été une bonne année" pour le chômage. il n'a pas éludé, évidement mais le lendemain on ne le trouvera pas pour, effectivement, commenter une nouvelle vague -celle de décembre-... décevante. Le bilan 2010, qu'on peut en tirer, est très mauvais: +3%, sur un an. Alors même que le gouvernement avait promis une baisse. Mais, c'est surtout la dernière fois, pour les chiffres du mois de janvier que Xavier Bertrand a été très malin, à ce jeu du chat et de la souris: cette fois-ci encore, il choisit de s'exprimer la veille de la publication officielle des chiffres: et là de manière la plus visible possible: dans le journal de 20h de TF1. Il annonce d'entrée "une baisse importante" à venir. Les télés, les radios, les journaux reprennent en boucle... sauf que les chiffres officiels seront, finalement, bien plus nuancés : la baisse est là. Mais dans la seule catégorie "officielle"... quand on élargit à tous les demandeurs d'emploi, c'est plutôt une stabilisation qu'on constate. Ce soir, pour son 5ème exercice du genre, Xavier Bertrand prendra la parole, juste après la publication des chiffres officiels de Pôle emloi. Un discours, cette fois. Quelque chose me dit qu'ils devraient être bons. L'exemple britannique. Le gouvernement britannique baisse les taxes sur les carburants, et met à contribution les grandes compagnies pétrolières. Le gouvernement Cameron, pour atténuer les effets d'un nouveau budget de rigueur, a décidé de faire un geste en direction des automobilistes britanniques. Il baisse d'un centimes par litre, le prix des carburants. Il gèle les prochaines hausses programmées de taxes, en instaurant une sorte de "TIPP flottante" à l'anglaise. Rappelons qu'en France, le gouvernement ne veut pas en entendre parler. Enfin, Londres a décidé de taxer un peu pluss les compagnies pétrolières, qui opérent en Mer du Nord. DSK au Portugal. Après la Grèce et l'Irlande, le Fonds Monétaire International, bientôt une 3ème fois en Europe, pour sauver un pays en difficulté: le Portugal. C'est désormais l'hypothèse la plus probable, après la démission, hier soir, du gouvernement socialiste, en place à Lisbonne.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.