Dick Syron ne touchera pas les 14 millions de dollars qui lui étaient promis. David Mudd, non plus, ne devrait pas voir la couleur des 9 millions que lui assurait son contrat de travail. Ces 2 hommes, c'était les patrons des fameux jumeaux Freddie Mac et Fannie Mae, sauvés de la faillite par l'Etat américain. Ces sommes constituaient leurs "parachutes dorés", leur "assurance tout risque" - si on peut dire - puisqu'elles étaient normalement garanties, en cas de départ anticipé. Mais face à la déroute de leur 2 compagnies, l'Etat américain - qui va débourser peut-être jusqu'à 200 milliards pour les redresser - l'Etat américain a décidé qu'ils ne toucheraient rien. Soyons naïfs : c'est, peut-être là, un autre signe de la prise de conscience de certaines dérives, qui est en train de s'opérer avec cette crise. Un membre du Congrès américain le dit :"la catastrophe actuelle a été en partie causée par la perversité... oui, la perversité ! des récompenses accordées aux dirigeants des banques". Nicolas Sarkozy embraye, et propose de "réformer" (sinon d'interdire) ces fameux parachutes dorés. C'est vrai qu'ils passent très mal dans l'opinion (opinion qu'observce attentivement le Chef de l'Etat). On sait, par exemple, qu'une pétition circule chez Alcatel-Lucent pour dénoncer les parachutes des 2 patrons mais ce problème -moral- n'est peut-être pas celui qu'il faut traiter en priorité. Il faudrait plutôt se pencher sur la question des "bonus" accordés aux traders, et aux patrons des banques. Pourquoi pas également aux stock-options... autant de systèmes qui conditionnent la rémunération directement aux résultats, et surtout au cours de bourse et qui peuvent, donc, pousser à une prise de risque maximale, et finalement aux errements qu'on vient de connaître. EDF fait son marché en Grande-Bretagne. L'électricien français annonce le rachat de British Energy. On se souvient que cet été, l'opération avait échoué à la dernière minute. Cette fois-ci, il semble que tout soit réglé. L'opération valorise British Energy à plus de 15 milliards d'euros. Une somme qui fait "tiquer" les syndicats en France, mais qui ouvre à EDF la porte du marché nucléaire britannique, très convoité : c'est le premier marché de l'énergie en Europe. Toujours la déprime sur les places boursières. Elles sont dans le rouge, ce matin en Asie. Elles ont toutes clôturé en baisse, hier. Les marchés, en fait, s'inquiètent de l'issue des négociations en Cours, au Congrès américain - négociations sur le Plan de sauvetage du système financier : 700 milliards de dollars sur la table. Les Démocrates, en l'état refusent de voter ce Plan. Le FBI, de son côté, lance une enquête sur plusieurs établissements financiers, Lehman Brothers, AIG... 26 sociétés, au total, sont visées. L'enquête porte sur d'éventuelles fraudes ou d'éventuelles manoeuvres de désinformation des marchés. A l'ONU, Nicolas Sarkozy propose la tenue d'un Sommet international, en novembre, pour tirer les leçons de la crise financière.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.