Célébrons Noël et cette fin d'année avec l'un des plus grands financiers de la planète.

L'un des "pires" diront certains, un "requin de la finance ». David Rubenstein est l'un des créateurs du fonds d'investissement américain Carlyle, l'un des plus influents, l'un des plus puissants de la planète. L'un des plus critiqués. Installé à Washington, Carlyle est dans tous les bons... et les mauvais coups ! Mais si David Rubenstein fait parler de lui, en cette fin d'année, c'est pour un petit clip, qui circule sur le Net et qui fait beaucoup rire... C'est la mode, dans les milieux des affaires, dans le business, ces vidéos, souvent rigolotes, pour souhaiter un joyeux Noël, une bonne année. En France, Maurice Levy le patron de Publicis fait un carton chaque année avec la sienne. Dans le cas de Carlyle, David Rubenstein adresse un message à tous ses clients, et à 65 ans, il se met au rap! Je rassure: il ne s'est pas tatoué, n'a pas enfilé un baggy, mis une grosse chaîne en or. Pas de danseuses non plus. David Rubenstein a gardé son costume-cravate. "Il faut des neurones pour faire ce qu'on fait", rappe le créateur de Caryle, qui -vous venez de l'entendre- n'en fait pas des tonnes, quand même, dans le style rappeur. "Capital investissement, financement sur mesure: Carlyle Group est l'endroit où vous devez être". David Rubentstein poursuit: "énergie, matières premières: nous négocions tout. Donc, décrochez votre téléphone et appelez-nous". Voilà une magnifique publicité, dans laquelle le ridicule ne tue pas, mais, au contraire, peut rapporter un peu. Mais c'est une double publicité, en fait. Parce que ce clip est aussi une pub pour Beats. Beats, ce sont les casques audio Beats. Leur créateur, c’est le rappeur "Docteur Dre", ceci explique cela. David Rubenstein arbore, dans ce clip, l'un de ces casques colorés qui font le succès de la marque. Pour lui, c'est une manière de rappeler qu'il a été le premier à croire en cette société. Avant que ses casques ne connaissent un succès mondial, et avant, surtout, qu'Apple rachète la société pour 3 milliards de dollars... Carlyle, empochant à l'occasion, une très juteuse plus-value. C'est pour ça qu'il a le sourire, on le comprend. A la fin du clip, David Rubenstein, tout content de lui, termine sa prestation sur cette déclaration "je n'avais pas fait un truc pareil depuis ma Bar Mitzvah" !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.