Sans la Libye, on parlerait d'une "déclaration de guerre". Sans le Japon, on évoquerait, sans doute, un "seïsme" de magnitude 7 (au moins) sur l'échelle ouverte du PAF, le Paysage Audiovisuel Français. Restons sobres et dignes, mais comment qualifier, alors l'annonce, ce matin dans le Figaro, de Bertrand Meheut? Le patron de Canal+ accorde une longue interview au journal, pour confirmer une rumeur insistante dans le milieu de la télé: Canal+ s'apprête à lancer une nouvelle chaîne. Une chaîne sur la TNT. Une chaîne gratuite! C'est là qu'on aimerait user de superlatifs, d'images guerrières et dévastrices: c'est la première fois que la chaîne cryptée sort, ainsi, de son milieu naturel, la télé payante. C'est vrai que dans ce secteur, elle n'a plus rien à prouver, ni à gagner. Après avoir avaler TPS et signer la paix avec Orange, elle règne en maître. Alors c'est décidé, et claironné: Canal+ se tourne, maintenant, vers la télévison gratuite. A la fin de l'année, ou début 2012, elle lancera sur la TNT (accessible à tous, autrement dit, sans décodeur), une nouvelle chaîne, au nom de code "Canal 20". Elle sera "dans la lignée de Canal+", affirme Bertrand Meheut: cinéma, sport, créations originales et magazines culturels. Une chaîne "haut de gamme" comme on en trouve pas vraiment aujourd'hui sur la TNT. Une chaîne qui s'appuiera, évidemment, sur les moyens (immenses) de sa grande soeur: c'est là, par exemple, que les séries américaines, une première fois diffusées en exclusivité sur la chaîne cryptée, trouveront un 2ème débouché. Pour TF1 et M6, c'est évidemment un "coup dur": cette nouvelle future chaîne s'annonce comme un concurrent très sérieux: elle va, forcément, leur "piquer" des parts de marché, et des revenus publicitaires. Le patron de Canal+ s'en défend: "on ne vise pas, nous, la ménagère de moins de 50 ans", dit-il. Il explique, surtout, que c'est une autre bataile qu'il prépare, lui, avec sa chaîne gratuite: la bataille de la télé connectée à internet, qui permet (et ça va vite se généraliser) de voir directement des séries ou des films, en exclusivité, en vidéo à la demande. Si on "décrypte Bertrand Meheut: avec cette nouvelle chaîne gratuite, Canal+ n'attaque personne, mais, au contraire, prépare sa défense. L'Europe se dit prête à sauver le Portugal. C'est le message qu'ont délivré les dirigeants des 27 pays de l'Union européenne, hier à Bruxelles, où se poursuit jusqu'à aujourd'hui, un Conseil européen. On parle d'une aide combinée Europe-FMI de près de 75 milliards d'euros, mais la condition pour débloquer l'argent ne change pas. En langage bruxellois, on explique que Lisbonne devra "maintenir l'effort de réduire des déficits et de la dette". En langage plus clair, ça signifie "poursuivre et renforcer la rigueur". A ce stade en tout cas, le Portugal n'a formulé aucune demande officielle. Et c'est d'ailleurs toute la question: le peut-il alors qu'il n'a plus de gouvernement! Et après? En tout cas, la crainte d'une contagion de cette crise à l'Espagne se renforce. A nouveau. Hier, l'agence de notation Moody's a dégradé 30 banques et caisses d'épargne espagnoles. Le chômage, en France. Très légère baisse en février: -0,1%. Soulagement du gouvernement: même faible, c'est le deuxième recul mensuel consécutif.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.