Bruce de Galzain.

C'est comme si l'on jouait au tiercé après l'arrivée des chevaux explique un avocat... à tous les coups on gagne ! Si si, cela existe ou plutôt existait dans les années 80, les compagnies d'assurance lançaient des contrats dits à cours connu. Vous souscriviez ce type d'assurance-vie sur lequel vous placiez de l'argent mais au cours de la semaine précédente : si le jour J l'action était à 100 et que la semaine d'avant elle était à 80 vous saviez que vous alliez empocher 20. Mais nous étions dans les années 80, Internet n'existait pas, les arbitrages étaient donc bien moins faciles, moins rapides, les sicav n'étaient cotées qu'une fois par semaine et pas chaque minute comme aujourd'hui ! Depuis le temps est devenu de l'argent : les assurances se rendent compte qu'elles peuvent perdre beaucoup alors la plupart rachètent ces contrats à leurs clients moyennant finances bien entendu... la plupart mais pas Aviva le 2eme assureur européen qui a finalement décidé de bloquer ces contrats sans l'accord de ses clients. Mais voilà c'est interdit ! Plusieurs clients se retournent donc contre Aviva et souvent gagnent. Les procès se multiplient. Mais la compagnie en retarde systématiquement l'issue selon un avocat pour éviter de payer. Une source proche du dossier explique d'ailleurs que les avocats d'Aviva aujourd'hui encore leur ri au nez lorsqu'ils demandent plusieurs millions d'indemnités. Mais dans cette histoire certains clients ont aussi senti le bon filon. Alors que les contrats sont bloqués, ils continuent à les alimenter, quitte à emprunter de l'argent ! Ce que comprend parfaitement l'avocat de l'un des plaignants d'à peine 24 ans qui a hérité d'un contrat Aviva, Nicolas Lecoq-Vallon estime que son client pourra même racheter Aviva dans 30 ans si la compagnie ne transige pas ! Car un préjudice de près de 10 millions d'euros a déjà été reconnu mais pour la période 1997-2007. Et comme le contrat continue à être alimenter, les sommes pourraient devenir extravagantes. Alors selon l'avocat, Aviva doit sortir le chéquier et payer ! Aviva ne se dit pas inquiet et estime avoir provisionné assez d'argent dans ces comptes. Mais cette histoire pourrait devenir embarrassante pour la compagnie qui gère notamment les actifs de la plus importante association d'épargnants de France l'Afer et ses 730.000 adhérents. L'autorité de contrôle est saisie mais n'a pas toujours pas réglé cette affaire...

Embellie trompeuse sur le chômage !

La baisse est marquante pour les chômeurs qui n'ont pas travaillé du tout, c'est la plus forte depuis 7 ans. Mais pour l'ensemble des demandeurs d'emplois, le chômage est en hausse. Les patrons de TPE ne s'y trompent pas, plus optimistes certes sur le climat des affaires selon le baromètre Ifop-Fiducial, ils sont 60% à estimer que le chômage ne reculera pas avant 2018 ou après !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.