Nicolas Sarkozy et François Baroin ont dû sourire hier en regardant le classement des puissances économiques du centre de recherche britannique CEBR car la Grande-Bretagne perd son rang, doublée par le Brésil qui devient la 6e puissance mondiale. Et cela à peine 3 semaines après le clash du sommet de Bruxelles entre les britanniques et le reste de l'Union européenne. Un clash politique, également, entre Français et Anglais, une vidéo avait montré le chef de l'Etat paraissant snober le Premier ministre David Cameron qui lui tendait la main.

Et puis, il y a eu les déclarations de notre ministre de l'économie, jugées inacceptables outre-manche. François Baroin affirmait je le cite : « C'est vrai que la situation économique de la Grande-Bretagne est aujourd'hui très préoccupante et qu'on préfère être Français que Britanniques sur le plan économique ».

Ironie de l'histoire, c'est peut-être la zone euro qui a plombé les comptes anglais. Déjà en 2008, la France dépassait la Grande-Bretagne devenant 5éme puissance mondiale grâce à l'euro fort plus fort que la livre sterling. La crise de 2008 a ensuite très durement touché le secteur financier. La City de Londres, qui a bien du mal à s'en remettre, les emplois financiers vont retomber cette année à leur niveau de 1998 selon le centre de recherche qui publie le classement des puissances économiques. Ce même centre indiquait, d'ailleurs, le mois dernier, que la Grande-Bretagne était en train de souffrir des effets néfastes de la crise de la zone euro, que le pire était encore à venir pour les exportateurs. Il mettait en cause les dirigeants politiques britanniques qui s'étaient tournés de manières quasi-désespérées vers l'Europe continentale pour relancer l'économie du pays.

Décidément, la zone euro serait la bête noire de la Grande-Bretagne ! Mais que les Anglais se rassurent, car le classement des puissances mondiales est bien volatile en cette période de troubles économiques. La France, aujourd'hui, 5e puissance, après les Etats-Unis, la Chine, le Japon et l'Allemagne et donc devant le Brésil, puis, la Grande-Bretagne ne tiendra pas son rang très longtemps puisque, d'ici 4 ans, la Grande-Bretagne nous repassera devant et en 2020 nous ne serons plus qu'à la 9e place, tandis que la Russie et l'Inde deviendront les 4e et 5e puissances économiques du monde. Puis, de record en record :

Au plus haut, depuis 12 ans : le chômage avec 2 844 800 chômeurs sans aucune activité en novembre. Sur un mois, il progresse de 1,1% (30.000 chômeurs de plus) et, sur un an, de 5,2%. S'il y a de plus en plus de licenciés économiques, ce sont les précaires (fin de CDD ou de mission d'intérim) qui sont en 1ère ligne face au chômage.

Au plus haut, depuis tous les temps, les prix du carburant : cette année le litre de gazole coutait en moyenne 1 euro 34 et le litre de super sans plomb 1 euro 50. En cause, les risques géopolitiques en Arabie Saoudite, en Syrie et les soulèvements du printemps arabe. Mais les prix devraient baisser l'année prochaine.

Au plus haut encore : le risque de récession dans la zone euro selon l'Institut de la finance internationale, le principal lobby bancaire mondial table sur une contraction de l'économie de 1% en 2012.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.