Antoine Frérot
Antoine Frérot © MaxPPP

C'est l'une de ces histoires dont le CAC 40 a le secret. Une intrigue de couloir, une opération de destabilisation (d'un grand patron) dont on perçoit bien quels intérêts étaient à l'oeuvre (privé, public et personnels) mais dont on ne peut, malgré tout, être certain d'avoir dénouer tous les fils. Comme dit un bon connaisseur de ce milieu: pour bien comprendre, il faut imaginer les scénarios les plus alambiqués, "être le plus parano possible". Commençons par la fin: hier soir, Conseil d'administration de Véolia Environnement, a fait savoir qu'il proposait de renouveler, pour une durée de 4 ans, le mandat de PDG d'Antoine Frérot. Mais une telle annonce n'était pas si évidente, il y a quelques jours encore. Le sucesseur d'Henri Proglio -avec qui il est fâché à mort, depuis- a dû repousser une émième tentative de putsch. On se souvient qu'il y a 2 ans, c'est le nom de Jean-Louis Borloo qui avait été avancé, pour prendre sa place, l'affaire a fait long feu. Cette fois-ci, c'est un autre nom qui a surgi: celui de David Azema, le Directeur de l'APE, l'Agence des Participations de l'Etat, l'une des Directions les plus en vue de Bercy. David Azema, mardi, et encore hier, a affirmé que rien ne lui aavit été proposé et qu'il "n'était pas candidat". Mais au sein du gouvernement, on affirme l'inverse: l'homme -ancien de Vinci et de la SNCF- était bel et bien intéressé par le poste, ce qui posait un problème: dans ses fonctions actuelles, David Azéma a eu à gérer des dossiers directement lié à Véolia. Conflit d'intérêt évident. Pour les minitres de Bercy, il n'était pas question, du coup, de créer les conditions d'une "nouvelle affaire Pérol" (François Pérol, conseiller de Nicolas Sarkozy, passé directement de l'Elysée à la tête la la banque BPCE... sans passer par la case "Commission de Déontologie"). Dans le cas de David Azéma, il avait toutes les chances de se voir refuser un tel retour dans le privé. "Au sein du conseil d'administration de Véolia, où siège un bon paquet d'anciens haut-fonctionnaires, on ne pouvait ignorer, cette situation" dit un témoin. D'où cette lecture "parano" de toute l'histoire, une version que confirme un connaisseur du dossier: c'est Antoine Frérot lui-même, qui a fait fuiter la tentative de putsch, lancée contre lui, et le nom de celui qu'on voulait mettre à sa place. Pour plombler l'opération: vieille tactique. Il a réussi son coup, cette fois-ci encore.

Fait. Le Parlement adopte, définitivement, la réforme de la formation professionnelle. Les députés hier, les sénateurs aujourd'hui... c'est l'un des "textes les plus importants de ce quinquennat" estime Michel Sapin. Il est vrai qu'il créé un "compte personnel de formation" pour chaque salarié, tout au long de sa carrière, y compris pendant les périodes de chômage, ou après un changement d'employeur. Faute de majorité au Sénat, la réforme de l'inspection du travail a été retirée. Maintenu, en revanche: le délais de 6 mois accordé aux patrons pour relever la durée minimum des contrats à temps partiels, à 24h par semaine.

► ► ► LIRE | Réforme de la formation professionnelle

Cher . Le baromètre Posternak/IFOP sur l'image des grandes entreprises françaises. Première vague de l'année, révélée ce matin. Ici même. Globalement, elle progresse, tirée par la grande distribution: les 4 grandes enseignes françaises se glissent dans le Top 10. Signe que le pouvoir d'achat reste l'un des principales préoccupations des Français.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.