Bruce de Galzain

Aujourd'hui encore c'est avec "copain Bernard" comme il l'appelle qu'il fixe le prix de la bouteille de primeur du Château Cheval Blanc... un Château qu'Albert Frère le milliardaire belge a acheté avec Bernard Arnault le milliardaire français en 1998. Aujourd'hui il lâche les rênes de son empire financier. A 90 ans l'an prochain, Albert Frère a construit la 318ème fortune du monde en une seule génération. Du jamais vu en Belgique, dans ce petit royaume de vieille noblesse où l'establishment a rejeté cet homme mal né, marchand de clous à l'origine. Ces détracteurs voient même dans son succès une revanche sur ceux qui ne l'ont pas accepté. Car Albert Frère est accusé d'avoir déconstruit, dépecé la Belgique. Lui qui a acheté la sidérurgie pour la revendre avant qu'elle ne s'écroule, acheté les banques pour s'en séparer et surtout lui qui a vendu PetroFina à Total, la Royale Belge à Axa ou encore ses parts dans Tracetebel pour investir dans GDF Suez. Le parrain du CAC 40 est devenu en France le 1er investisseur privé. Homme de connivence, il rencontre Nicolas Sarkozy en 1992. Selon l'économiste Bruno Colmant, de l'Académie Royale de Belgique, il comprit alors 15 ans plus tôt qu'il deviendrait Président de la République. Au Fouquet's le soir de la victoire, Albert Frère déjeunera au Fort de Brégançon dès le mois de juillet 2007. Il a l'intuition des affaires certes mais aussi l'intuition des hommes. Comme avec Bernard Arnault de 25 ans son cadet qui lui ne l'appelle pas copain Albert mais qui a un immense respect pour son ami belge. Il s'en est pourtant servi l'an dernier ! Pressé de toutes parts pour savoir pourquoi il demandait la nationalité belge, Bernard Arnault fait dire alors que "c'est pour aider Albert Frère", à un moment où la succession du milliardaire belge se précise. Lui n'est pas au courant et démentira formellement. Depuis quelques temps Albert Frère semble moins intéressé par la France. Certains y voient l'illustration de la peur des investisseurs face aux rigidités fiscales et administratives. Peut-être que le Warren Buffet belge voit aussi venir de nombreux exilés fiscaux de France en Belgique... l'indice selon Bruno Colmant d'un pays qui ne tourne plus rond. Mais le plus probable c'est qu'Albert Frère a changé de stratégie après avoir tiré un maximum de rentabilité en France !

La Grèce change de cap et veut un accord. Dès cette semaine, la semaine prochaine au plus tard, c'est ce qu'espère le PM Alexis Tsipras qui s'est exprimé cette nuit à la télévision grecque. Hier il a remanié ses équipes de négociateurs et écarté son ministre des Finances le marxiste libertaire Yanis Varoufakis, histoire de contenter ses créanciers ! Après 2 mois de négociations qui n'ont a abouti à rien, Alexis Tsipras se dit prêt à faire des concessions pour trouver un accord : reporter la hausse du SMIC, réduire les retraites et même privatiser pour rembourser ses dettes.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.