Et il ne s'agit pas de football, ou de sport, en général mais de nucléaire! "L'Equipe de France", c'est ainsi que certains appellent le rassemblement des entreprises françaises impliquées dans la vente à l'étranger de notre technologie nucléaire. Il s'agit d'EDF, d'Areva, de GDF Suez. On peut rajouter Total (le pétrolier pense à l'après-pétrole et veut investir dans le nucléaire) mais aussi (pour ce qui est connexe aux centrales): Vinci (pour les murs) et Alstom (pour les turbines). Enfin, il ne faut pas oublier (y compris si on veut poursuivre l'analogie avec le sport), les politiques! Jamais très loin. Et dans le dossier qui nous concerne, ce matin: Claude Guéant lui-même. Le secrétaire général de l'Elysée. Voilà les personnages. L'histoire? C'est celle d'un échec. Qui date d'hier: l'immense contrat des Emirats arabes unis, qui vient d'échapper à cette "équipe de France". Un marché de 20 milliards de dollars pour 4 centrales nucléaires. Ce marché, c'est la Corée du Sud qui le remporte. Alors qu'il y a moins d'un an encore, on pensait que c'était gagné pour la France! L'EPR français n'a pas convaincu: ses difficultés en Finlance, son retard à Flamanville, le rappel à l'ordre des autorités de surêté pour des problèmes de contrôle des réacteurs: tout ça a sans doute pesé dans la décision. Plus sûrement encore: le prix de l'EPR français. Il est "plus moderne, plus puissant, plus sûr" que les autres (affirme le "camp français") mais il est jugé très cher. "Trop cher". Même pour des Emirats, riches en pétrole. Alors après la défaite (c'est comme en sport) on cherche qui n'a pas fait correctement son travail. On entend qu'EDF, qui a rechigné à faire partie de l'équipe "a planté" le dossier, dès le départ. C'est l'Elysée, avec Claude Guéant aux commandes, qui lui a forcé la main pour revenir dans la course. On lit encore que GDF Suez ne se serait pas suffisemment impliqué. Que Total, qui avait promis de se servir de ses importnats réseaux dans le Golfe, a déçu. Au centre de toutes les critiques également: Areva. Et sa patronne Anne Lauvergeon. Cet échec renvoit, du coup, à la question soulevée récemment par le nouveau patron d'EDF, Henri Proglio qui doit prendre la tête de cette équipe de France du nucléaire? Pour remettre de l'ordre. Les lendemains de matches perdus sont souvents des moments de remise en question. Ceux-là promettent d'être assez agités! Le marché automobile français termine l'année 2009 en fanfare! Avec un nouveau rebond de 40% des immatriculations en décembre. Après déjà +48% en novembre. Cest le journal "Les Echos" qui publie ces chiffres, ce matin. Alors, c'est vrai, il s'agit de progression d'une année sur l'autre... et comme la fin 2008 avait été catastrophique, il faut évidemment relativiser cet exploit. Mais quand même: la barre des 2,25 millions véhicules vendus va être dépassée (du jamais vu depuis 2001). Ce résultat est dû en grande partie à la prime à la casse et au bonus écologique. Du coup, ce sont les marques françaises, très présentes sur le créneau des petites voutures, qui s'en sortent bien. Seul "hic" (et il est de taille...), les modèles qui se sont le plus vendus sont produits, non pas en France. Mais dans des pays à faible coût de main d'oeuvre: Slovaquie, Slovénie ou Turquie.. Les Mutuelles santé vont augmenter, en moyenne, de 5% l'année prochaine. Que ce soient des complémentaires individielles ou collectives. Estimation publiée ce matin.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.