C'est un cadeau traditionnel pour les Neuf Sages de la République. Depuis vendredi dernier, ils planchent sur le budget 2012 et le budget rectificatif 2011. Neuf Sages, plus deux, avec nos anciens présidents, Valery Giscard d'Estaing, et Jacques Chirac qui vient d'être condamné dans l'affaire des emplois fictifs de la ville de Paris.

Tous sont censés ingurgiter ces budgets en cinq jours à la demande des socialistes et doivent rendre leur copie aujourd'hui ou au plus tard demain. Les socialistes remettent en cause l'intégralité de la loi de finances en insistant sur la sincérité du budget.

Qu'elle est-elle, lorsque l'on sait qu'il a d'abord été bâti sur une hypothèse de croissance d'1,75%, puis, finalement 1% ?

Le budget 2012 crée un précédent, selon un député socialiste de la commission des finances, car c'est la 1ere fois que ce n'est pas le budget lui-même mais les deux plans de rigueur qui ont suivi qui font le corps de ce budget. Ce député souligne qu'au moment même où l'Assemblée Nationale examinait en séance la loi de finances, dans la salle d'à côté, le ministre de l'économie était auditionné sur un budget rectificatif.

Les socialistes dénoncent donc un budget complètement atypique qui en plus est basé sur une hypothèse de croissance obsolète puisqu'aujourd'hui plus grand monde n’espère une croissance supérieure à 0,5%.

Le Conseil Constitutionnel est donc appelé à se prononcer sur l'ensemble du budget, mais aussi, sur une mesure ciblée : la taxe sur les sodas. Tout à fait acceptable à l'origine puisqu'elle devait permettre de lutter contre l'obésité. Elle est finalement destinée à soutenir l'agriculture ! Une taxe illisible qui doit rapporter près de 300 millions d'euros. Elle a même été qualifiée, à droite d'OFNI : d'Objet Fiscal Non Identifié.

Mais les Sages ont tous les droits, à partir du moment où ils ont été saisi, ils peuvent censurer n'importe quelle mesure. La droite plutôt confiante - sauf sur la taxe soda - estime avoir blindé son budget et espère éviter l'épisode d'il y a deux ans lorsque la taxe carbone a été censurée alors qu'elle devait rapporter un milliard et demi d'euros. Mais à droite comme à gauche on n'est pas dupe le budget 2012 est presqu'un leurre : il sera de toute façon rectifié après la présidentielle !

Un train de retard pour la SNCF...

Cette dernière n'a annoncé qu'hier soir une hausse de ses tarifs pour le TGV, les Téoz et les trains de nuit à partir de la semaine prochaine. Une augmentation de 3,2% due, en partie, à la TVA qui passera de 5,5 à 7%, mais aussi à l'inflation.

L'ancien président de la Banque Centrale Européenne veut transformer le Conseil Européen en Sénat de l'Union Européenne et le Parlement en Assemblée Nationale. Dans une tribune à lire dans les Echos, Jean-Claude Trichet plaide avec force pour une surveillance mutuelle rigoureuse et autoritaire des politiques économiques.

La BCE qui voit ses coffres se remplir à Francfort puisqu'hier les dépôts au jour le jour des banques de la zone euro ont atteint un nouveau record. C'est le signe que les banques ne se font plus confiance, elles ne se prêtent pas d'argent et préfèrent le stocker en masse en lieu sûr.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.