Le gouvernement vient de reporter l’augmentation prévue des tarifs des autoroutes, au 1er février. C’est un nouvel épisode d’un bras de fer engagé avec les sociétés concessionnaires. Qui ne pourra se conclure que par un accord. D’ici là, c’est la politique qui prime.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.