C'est la 2ème plus importante introduction en bourse de l'année. La première -personne n'a oublié-, c'est Facebook. Un "beau" raté (même si, aujourd'hui, le prix de l'action Facebook remonte, et s'approche, désormais, de son cours d'introduction). La 2ème vient, tout juste, d'être réalisée, à la bourse de Kuala Lumpur, en Malaisie. Plus de 3 milliards de dollars ont été levés d'un coup: un vrai succès en cette période d'incertitudes. Le cours de l'action a bondi de plus de 18%, cette nuit, lors des premières heures de cotation. L'entreprise introduite en bourse est une parfaite inconnue, pour nous. Et pourtant. Elle s'appelle Felda. Felda Global Ventures Holding, pour être précis. Et c'est le 3ème producteur mondial... d'huile de palme. A ce stade de la chronique (je le sais) je viens de gâcher la journée des défenseurs de l'environnement et des nutritionnistes qui nous écoutent. Les premiers dénoncent, depuis longtemps, le "drame environnemental" que constitue, à leurs yeux, le développement de cette huile. L'augmentation des cultures des palmiers se fait au détriment de la forêt. Les nutritionnistes, eux, s'inquiètent du succès rencontrée par l'huile de palme, qu'on trouve presque partout dans notre alimentation, mais qui compte beaucoup plus de graisse saturée que d'autres huiles. Et bouche, donc, plus rapidement encore nos artères. Les campagnes "anti-huile de palme" ont produits des effets: de grandes marques agroalimentaires, des distributeurs, l'ont abondonné. En font parfois un argument de vente. Les producteurs d'huile de palme créent des normes, certifient. Mais, c'est comme ça, le potentiel de développement de l'huile de palme reste énorme. Parce que facile à faire pousser, très rentable, elle n'est pas chère. Pas subventionnée. Elle est devenue la plus consommée au monde, tout juste devant l'huile de soja. Mais loin devant celle au colza ou l'huile de tournesol. D'où le succès de Felda, en bourse, cette nuit. Les investisseurs se sont précipités, notamment le Français Louis Dreyfus. La demande de titre Felda a été 30 fois supérieure à l'offre!

7,5. 7 milliards et demi d'impôts nouveaux, dès cette année: Bercy a, quasiment, bouclé son Collectif budgétaire. Il doit être présenté, officiellement, mercredi prochain. On sait déjà que le barême de l'Impôt sur la Fortune va être rélévé. Comme celui des Droits de sucession. L'exonération des heures supplémentaires sera partiellement supprimée, et la TVA sociale annulée. D'autres nouveaux prélèvements vont voir le jour, selon les Echos ce matin, comme une taxe de 4% sur les stocks pétroliers. La taxe sur les transactions financières va être doublée, comme celles sur les risques systémiques, elle aussi payée par les banques. Le forfait social que paient les entreprises quand elles distribuent de la participation ou de l'intéressement, va passer de 8 à 20%.1,6. C'est encore Les Echos qui annonce, ce matin, que la Cour des Comptes, aujourd'hui, va refuser de certifier le bilan de la Caisse Nationale d'Allocations familiales: "trop d'erreurs" sont constatées dans la distribution de ses aides: allocations, aides au logement ou RSA. C'est parfois en défaveur des assurés, plus souvent en leur faveur. Le tout, pour un montant total d'1milliard 6.62. Avant le Sommet européen d'aujourd'hui et demain à Bruxelles, les ministres des finances de la zone euro ont précisé, hier, les plans d'aide à venir, pour Chypre, et surtout l'Espagne. Madrid ne devrait pas réclamer plus de 62 milliards d'euros.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.