Par Bruce de Galzain

Ce soir encore, les chiffres du chômage pour le mois d'avril seront scrutés à la loupe, avec toujours une attention particulière pour les 15-24 ans qui font exploser les statistiques même si c'est sur cette catégorie que des progrès sont enregistrés ; leur taux de chômage recule, certes, mais si peu ! Aujourd'hui près de 23% de ces jeunes sont au chômage. La faute à qui ? A la crise bien sûr mais pas seulement puisqu'en Allemagne par exemple les jeunes connaissent à peine le chômage, en France on est dans la moyenne européenne. Mais avec une singularité, notre système éducatif peut être très handicapant pour les jeunes en difficulté. L'échec scolaire qui met chaque année 140.00 jeunes hors du système sans qualification, cet échec à l'école a un impact trés fort sur le marché du travail ; bien plus qu'ailleurs en France les jeunes ne trouvent pas de travail parcequ'ils n'ont aucun diplôme, selon Eric Charbonnier, expert éducation à l'OCDE. Il faut donc agir sur l'école obligatoire jusqu'à 16 ans. Et pour certains il faut supprimer les redoublements. On le voit, c'est dans les pays où le redoublement n'existe pas que les résultats sont les meilleurs. En France, les jeunes en difficulté redoublent une fois, deux fois et arrivent à l'âge de 16 ans sans même le brevet des collèges explique Julien Grenet, économiste à l'Ecole d'Économie de Paris. Selon lui il faut mettre le paquet sur les Zones d'éducation prioritaire (ZEP) et non saupoudrer quelques subsides complétement cosmétiques, l'équivalent de 5 à 10% de plus pour ces élèves en difficulté ! Il faut aussi développer l'apprentissage toujours perçu comme la voie de l'échec en France alors qu'en Allemagne ou en Suisse, le système dual entre le monde de l'éducation et le monde de l'entreprise a fait ses preuves. Et il faut enfin développer l'excellence - c'est ce que propose le Commissariat général à la stratégie et à la prospective - il faut éviter de stigmatiser le bon élève et notamment dans les ZEP où certains élèvent disent qu'ils ne sont pas assez incités à progresser. Être bon, se dépasser, note le Commissariat à la stratégie, sont des valeurs paradoxales dans le système français, des valeurs qu'il faut sans doute changer !

En bref, la contre-attaque des CCI

Les Chambres de commerce et d'industrie décident de suspendre tous les travaux en cours avec le gouvernement. Selon Le Figaro , les CCI vont cesser de promouvoir les politiques publiques en particulier le pacte de responsabilité qui, je cite, risque d'être un jeu de dupes. Les CCI dénoncent le hold-up, le mépris, la désinvolture de l'exécutif. Cette menace de blocage est une réponse au pré-rapport de Bercy qui a fuité dans la presse, il préconise, entre autres, de réduire le nombre de CCI de 145 à 22.

Les syndicalistes ou proches des syndicats ont aussi voté FN aux élections européennes selon un sondage exclusif de l'Ifop pourL'Humanité. C'est du côté de Force Ouvrière que le FN arrive en tête avec 33% des suffrages, à la CGT il est deuxième derrière le Front de Gauche à 22% et à la CFDT il est deuxième également à 17% loin derrière le PS et juste devant le Modem et l'UDI.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.