Savez-vous que ce sont des Fonds d'investissements (français et étrangers), qui paient aujourd'hui, vos remboursements de Sécurité sociale, vos allocations familiales ou encore vos pensions de retraites? Savez-vous que les agences de notations (dont on a beaucoup parlé pendant la crise financière)... savez-vous qu'elles ont attribué à la trésorerie de la Sécu, les meilleures notes possibles? Bref, savez-vous que la Sécurité sociale se finance, aujourd'hui, sur les marchés financiers? Comme les grandes entreprises. Comme les Etats surrendettés! C'est pourtant bien la réalité. Devant l'immense besoin de financement de toutes les Caisses de Sécurité sociale.. maladie, retraite, familles... l'ACOSS -inconnue du grand public, mais qui est en quelque sorte la "banque de la Sécu"- diversifie ses sources de financement. Objectif: avoir toujours la trésorerie suffisante pour pouvoir payer les prestations sociales, dues aux assurés. Traditionellement, c'est la Caisse des Dépots qui assurait cette prestation: une avance sur les rentrées d'argent prévues (les cotisations payées par les salariés et les entreprises). Mais avec la crise et l'explosion des déficits, la Caisse des Dépots ne peut plus suivre. D'où, le recours à ce qu'on appelle les "billets de trésorerie" vendus, échangés, sur les marchés. Depuis cet été, c'est même sur le marché londonnien que la Sécu va, ainsi, chercher de l'argent frais: des emprunts à très court terme et avec des taux d'intérêt (en tout cas pour le moment) plutôt attractifs. En raccourcis donc: votre dernière consultation chez le médecin, c'est un trader, à Londres, qui vous l'a payée! Alors, évidemment, les syndicats, qui gèrent avec le patronat, la Sécurité Sociale (c'est un système paritaire)... les syndicats ne sont pas vraiment "fiers" de tout ça. Mais, ils renvoient sur le gouvernement, la responsabilité de cette situation: c'est parce qu'il refuse d'augmenter les taxes ou les cotisations sociales (CSG ou CRDS), qu'aujourd'hui la trésorerie de la Sécu est négative. Et c'est, pour ça, qu'il faut donc aller chercher de l'argent ailleurs. En résumé, aujourd'hui le choix est donc celui-ci: c'est soit les taxes, soit le marché! La réforme des retraites va coûter cher à l'Assurance-chômage! C'est le système dit "des vases communiquants". L'Unedic vient de calculer l'impact, sur ses comptes, du recul des 2 bornes d'âge, 62 ans et 67 ans. C'est le quotidien la Tribune qui révèle l'information. Dans la meilleure des hypothèses, c'est-à-dire avec une nette amélioration du taux d'emploi des seniors, le coût de la réforme, pour l'assurance-chômage, est estimé à 440 millions d'euros, en 2018. Plus de 500 millions d'euros, à taux d'emploi inchangé. 1,35. L'euro autour de 1 dollar 35. C'est une hausse de 6% en 1 mois. Le budget de la Sécurité sociale, pour 2011. Il est dévoilé aujourd'hui, avec à la clé, un nouveau plan d'économies. Le gouvernement semble avoir renoncé à réduire le taux de remboursement des visites chez le médecin ou le kiné. En revanche, les médicaments à vignettes bleues, ceux considérés à faible rendu médical, ne seront plus remboursés qu'à 30%. Contre 35, aujourd'hui.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.