Ceux qui ont pris leur voiture, ces derniers jours à l'occasion des vacances, l'ont évidemment constaté : il est désormais possible de faire un plein de super sans plomb 95 à moins de 1 euro le litre ! C'était le cas depuis une bonne quinzaine de jours pour le gazole, c'est donc désormais possible pour le super. Les stations qui affichent ces tarifs "pas vus" depuis 2004, sont, la plupart du temps, des stations de super et d'hypermarchés qui ont fait du carburant plus que jamais en cette période dite "de crise", un produit d'appel ! Beaucoup, cela dit, restent au dessus de ce seuil. Les écarts de prix d'une région à l'autre s'expliquent souvent par les conditions d'approvisionnement des stations : plus elles sont loin des raffineries ou des centres de stockage, plus le litre est cher (c'est facile à comprendre, mais la différence peut aller, quand même, jusqu'à 3 à 4 centimes !) Alors, si on regarde la moyenne nationale pour le super sans plomb, on n'est pas encore sous la barre de cet euro symbolique pour un litre, mais on s'en approche à grande vitesse. C'est peut-être pour aujourd'hui d'ailleurs, jour de relevé hebdomadaire des données de l'industrie pétrolière. La chute, en tout cas, est très nette. Depuis son record à la hausse, juste au début de l'été dernier, le super sans plomb 95 a perdu plus de 40 centimes par litre, à la pompe ! Est-ce que ça va durer ? 3 grands "facteurs" déterminent le prix des carburants. Il y a d'abord les taxes (TVA et TIPP): c'est 60% du prix du super, en France. Ca, ça ne bougera pas. Il y a ensuite le niveau de l'euro. La monnaie européenne repart à la hausse face au dollar : c'est une bonne nouvelle pour ceux qui prennent le volant. Enfin, il y a le cours du brut, forcément. Il est en dessous de 40 dollars, le baril actuellement. Il remonte un tout petit peu, en raison notamment de l'offensive israélienne sur Gaza mais bien loin de son record à 147 dollars en juillet. "L'année folle" du pétrole se termine, donc. Et elle semble accorder un répit aux automobilistes. Le déficit public français se creuse plus vite que prévu ! La limite européenne de 3% pourrait être dépassée dès cette année. C'est un calcul effectué, ce matin, par le quotidien "Les Echos". Ca ne surprendra personne : c'est la dégradation de l'activité économique qui explique ce piètre résultat. Les rentrées fiscales sont moins importantes que prévu. Le dernier accompte de l'impôt sur les sociétés -payé au 15 décembre par les entreprises- serait bien en dessous de ce que Bercy espérait et avait anticipé. Un manque à gagner supplémentaire de plus de 3 milliards d'euros pourrait être annoncé dans les tout prochains jours, estiment "Les Echos". Le luxe, rattrapé par la crise. C'est mercredi que Chanel devrait mettre fin à quelques 200 contrats CDD ou intérimaires. Certains, dans son magasin historique de la rue Cambon, à Paris. Chanel anticipe une croissance "nulle" en 2008. Selon les experts, les ventes, dans le luxe, devraient reculer de 5%, en cette fin d'année. La bourse. C'est le "calme plat" en Asie. Tokyo a terminé, tout à l'heure, en hausse de 0,09%. Une séance "sans tendance, ni volume".

liens

Le site de l'UFIP, l'Union Française de l'Industrie Pétrolière

Chaque lundi, le site publie un relevé du prix des carburants en France. En moyenne nationale.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.