L'Eco du Jour avec Bruce de GalzainLes médecins font grève de tout bois... Alors que SOS Médecin entame à son tour une grève aujourd'hui, les syndicats de médecins envisageraient eux de poursuivre le mouvement par une grève des feuilles de maladies selon le Parisien. Les grévistes pourraient refuser de prendre la carte vitale et donner une feuille de soins papier aux patients, d'autres pourraient faire une grève de la télétransmission avec un envoi par mois contre 3 par semaines normalement. L'Histoire du jour: "Partage... de forme" Au lendemain de Noël, un site internet de location d'objet annonçait un trafic multiplié par 5 ! Quelques heures à peine après avoir ouvert leurs cadeaux, certains déçus proposaient de louer leur tablette, leur jeux vidéo ; non pas de les vendre mais de les partager en quelque sorte. Cette économie de partage ou économie collaborative c'est l'avenir de l'économie, un mouvement de fond selon ses promoteurs, les citoyens vont même reprendre en main le pouvoir économique et proposer un nouveau projet de société ! Il est vrai que les dernières projections font miroiter une explosion de cette économie : aujourd'hui elle représente 12 milliards d'euros dans 10 ans ce sera 270 milliards. Cette nouvelle économie vous la connaissez grâce à Airbnb, qui inquiète l'hôtellerie traditionnelle avec son principe de location d'appartement, Airbnb est d'ailleurs valorisé 10 milliards d'euros c'est plus que le numéro un européen du secteur le Français Accor ; vous connaissez aussi Blablacar avec le co-voiturage ; vous pouvez également louer tout et n'importe quoi sur des sites spécialisés. Et demain la start-up Munirent mettra en relation des municipalités pour qu'elles échangent bulldozers ou tractopelles. Instacart fera en sorte que votre voisin fasse vos courses. Ou encore Musketeer vous proposera un ange gardien lorsque vous sortirez seul de votre voiture la nuit dans un quartier que vous ne connaissez pas. L'économie de partage c'est un relai de croissance au moment l'économie tout court se cherche. Et c'est un business qui rapporte gros. Mais se partage-t-il autant que son nom veut bien le faire croire ? On le voit avec Uber, si son fondateur insiste sur la fin de la voiture individuelle (son service tuerait l'idée de posséder sa voiture pour soi et soi seul) Uber est surtout une société qui prend au moins 20% de commission sur chaque trajet et dont l'objectif est une dérégulation de l'économie qui mettrait fin à une rente avec un principe : tout le monde peut devenir entrepreneur ! Mais peut-on alors parler d'économie de partage ? Non avec les Booking, Airbnb ou Uber nous entrons plutôt dans un capitalisme de plate-forme selon Fabrice Epelboin entrepreneur et prof à Sciences-Po. Et si l'on pousse un peu plus loin, certains entrevoient même un renforcement des inégalités. Pour Guillaume Allègre économiste à l'OFCE, l'économie collaborative renforcera le capital (de celui qui a une voiture, un appartement ou même une perceuse) au détriment du travail !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.