Par Bruce de Galzain.

Plus on est riche, plus on sera désormais taxé si François Hollande arrive au pouvoir... Il ne fait donc pas bon être très riche aujourd'hui en France, d'autant plus que si l'on en croit des chercheurs américains de Berkeley plus on est riche plus on est cupide, sans moral et tricheur. Le Monde s'en fait l'écho aujourd'hui. Les scientifiques ont mené 7 protocoles expérimentaux et tous concluent dans ce même sens. Alors si l'on est riche, cupide, tricheur, on n'en est pas plus heureux ! Là aussi les études se multiplient sur le thème de la mesure du bonheur. Et l'on s'aperçoit que les plus heureux aujourd'hui ne vivent pas dans les pays les plus riches. Selon The Economist qui cite une enquête Ipsos dans 24 pays du monde, les "très heureux" vivent d'abord en Indonésie, en Inde puis au Mexique ; et c'est en Europe en général que l'on se dit le moins souvent "très heureux". Tout cela est du ressenti bien entendu et les pays dits les plus riches sont classés en fonction de leur PIB... un critère qui ne suffit plus aujourd'hui à mesurer la vraie richesse d'un pays, la qualité de vie de ses habitants ; lorsque le PIB la croissance augmente de 2% ce n'est en fait 2% pour personne, ce n'est qu'une moyenne ! L'OCDE d'abord puis l'Insee maintenant ont donc établi de nouveaux critères pour mesurer le bien-être qui devient une réalité statistique. Ils s'inspirent des recommandations du rapport Stiglitz commandé par Nicolas Sarkozy en 2009. Et parmi ces critères les revenus bien sûr, l'emploi, le logement mais la santé également et l'équilibre vie professionnelle-vie familiale. L'Insee a même fait évaluer par la population sa propre condition de vie. Et lorsque les économistes et statisticiens interrogent donc les Français avec tous ces nouveaux critères eh bien les 10% les plus riches se disent quand même plus satisfaits de leur vie que les 10% les moins riches. Mais l'on apprend aussi qu'à partir d'un certain niveau de revenu l'argent ne compte plus !

Mobilisation syndicale. Les syndicats cherchent à mobiliser à la veille du Conseil européen de Bruxelles où les chefs d'Etat et de gouvernement adopteront le pacte budgétaire synonyme d'austérité pour les organisations syndicales. En France c'est à la veille de la présidentielle que certains veulent se faire entendre, tous ne sont pas d'accord pour politiser cette journée. Bernard Thibault de la CGT sera à Paris pour mener le cortège, François Chérèque de la CFDT sera lui à Bruxelles !

Référendum. Le sommet de Bruxelles demain s'annonce compliqué, l'Irlande a décidé de passer par le référendum pour adopter le pacte budgétaire ce qui va ralentir le processus et l'Allemagne est toujours réticente à augmenter sa contribution au fond de solidarité, le MES.

La BCE ouvre les vannes. Mais bonne nouvelle pour les banques et une partie de l'économie, c'est de nouveau Noël en cette fin février : la BCE ouvre les vannes de la liquidité et prête aujourd'hui à 1% autrement dit à presque rien et sur 3 ans... cette 2éme opération après celle de la fin décembre est censée être la dernière !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.